The Chedi et le Radisson Blue d'Andermatt rouvrent dès le 8 mai

lundi, 27.04.2020

Les deux hôtels de luxe sont presque prêts à rouvrir leur portes, fermées pour à cause de crise du coronavirus. En parallèle, le groupe Orascom a annoncé ne pas publier d'objectifs pour 2020.

La société Andermatt Swiss Alps qui détient The Chedi et le Radisson Blue Reussen n'est pas concernée par les coupes prévues par la maison-mère Orascom DH, a fait savoir le CEO.

Les hôtels The Chedi et Radisson Blue Reussen à Andermatt devraient rouvrir le 8 mai, après avoir fermé en raison du coronavirus. Les réservations reprennent aussi pour les appartements, tandis que le golf de la station devrait être à nouveau accessible le 9 mai en fonction des décisions du Conseil fédéral.

En 2019, le chiffre d'affaires de la société d'exploitation Andermatt Swiss Alps a progressé: ses recettes ont augmenté de 23% à 167,3 millions de francs. La perte a atteint 33 millions contre 42,7 millions un an plus tôt, en raison des coûts de construction élevés et des amortissements. Les revenus issus de l'immobilier se sont élevés à 61,6 millions (+2,3%). Fin 2019, 95% des appartements avaient été vendus pour un prix au mètre carré moyen de 14.207 francs contre 12.026 francs un an plus tôt.

L'hôtel cinq étoiles The Chedi Andermatt a vu ses recettes grimper de 11% sur un an à 29,4 millions. Le nombre de clients a crû de 10% à 47.029 personnes, pour un taux d'occupation stable à 54%. Le quatre étoiles Radisson Blu Hotel a généré 9,5 millions de francs. Avec 49.000 clients, le taux d'occupation a atteint 36%.

La station SkiArena Andermatt-Sedrun a vu ses recettes de la saison hivernale du 1er octobre au 13 mars croître de 6%; une saison pourtant tronquée par la pandémie. Le nombre de skieurs a quant à lui augmenté de 5% à 411.000.

Le directeur général Raphael Krucker a indiqué que la construction de six immeubles d'appartements commencera cette année. Celle d'un autre hôtel est en cours d'évaluation. Les travaux débuteraient au plus tôt en 2021. Le Covid-19 n'a aucun impact sur le plan d'investissement 2020. La société n'est pas concernée par les coupes prévues par la maison-mère Orascom DH, a fait savoir le CEO.

La consolidation dans Orascom est encore reportée et le projet sera examiné «au plus tôt en 2021». Actuellement, Andermatt Swiss Alps est détenue à 49% par Orascom DH et à 51% par l'investisseur égyptien Samih Sawiris. La société va par ailleurs adopter une nouvelle structure en quatre divisions au 1er mai.  

Orascom DH ne se prononce pas sur 2020

Le développeur et exploitant de destinations de vacances Orascom Development Holding (DH) ne publie pas d'objectifs pour 2020 en raison du coronavirus. Il a par ailleurs admis avoir sous-estimé ses pertes à hauteur de 8,5 millions de francs lors de l'exercice 2018.

Ce lundi, la société immobilière et hôtelière a indiqué avoir étoffé d'un tiers son chiffre d'affaires l'an dernier, à 453,3 millions de francs. La perte nette a été réduite dans des proportions similaires, à 31,3 millions.

Le produit des ventes immobilières a été multiplié par près de deux et demi pour atteindre 140,3 millions de francs, détaille le compte-rendu. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté a grimpé de 5,7% à 74,3 millions. A la fin de l'année, le flux de trésorerie provenant des opérations s'élevaient à 80,9 millions de francs, en hausse de 44%.

Les revenus issus des hôtels ont grossi de 7,9% à 168,8 millions. Pour l'exercice 2019, la contribution de ces établissements, situés en Egypte, à Oman, au Maroc ou en Suisse, aux recettes n'a atteint que 37% contre 46% en 2018. "Le groupe s'attend à ce que cette part continue de diminuer", tandis qu'il met l'accent sur la monétisation des terres, afin de "fournir des liquidités supplémentaires pour accélérer le développement de ses destinations", selon le communiqué.

L'entreprise assure par ailleurs avoir rapidement adopté des mesures pour préserver ses liquidités face à la pandémie de coronavirus. Préférant dans ce contexte ne pas avancer d'ambitions chiffrées à court terme, la direction s'estime en mesure d'affronter ce défi qui frappe tout particulièrement le domaine du tourisme.

Pour la Banque cantonale de Zurich, la société était en bonne voie pour redresser sa situation, avant que le coronavirus ne change la donne. La ZKB s'attend à ce que le chiffre d'affaires s'affaisse de près de 20% cette année, avec un impact plus marqué dans l'hôtellerie que dans l'immobilier. A moyen terme, la Banque considère toujours qu'Orascom a un potentiel de gain. Main First souligne que les coupes dans les investissements devraient permettre d'économiser 120 à 150 millions pour 2020.

Pertes 2018 sous-estimées

Par ailleurs, SIX Exchange Regulation a indiqué lundi avoir conclu un accord avec Orascom Development Holding "en lien avec des infractions aux normes relatives à la présentation des comptes (IFRS) dans les comptes annuels 2018 de la société". La société a comptabilisé à tort un bénéfice de revalorisation concernant un immeuble.

Les pertes de l'année 2018 ont fait l'objet d'une sous-estimation de 8,5 millions de francs (écart d'environ 23%) et la perte diluée/non diluée par action d'une sous-estimation 0,21 franc. Après correction, la perte annuelle atteint 45,9 millions de francs et celle par action 1,26 franc.

La réserve de liquidités de l'entreprise ainsi que les capitaux propres indiqués dans les comptes annuels IFRS 2018 ne sont pas affectés. L'accord en question met fin à l'enquête. La société s'est engagée à verser un don de 30'000 francs à l'IFRS Foundation, une association à but non lucratif basée à Londres. Vers 12h55, Orascom reculait de 1,1% à 8,04 francs dans un SPI en hausse de 1,3%. (AWP)


 

 






 
 

AGEFI



...