Le pétrole termine en hausse

vendredi, 23.09.2016

Les cours du pétrole ont fini en nette hausse jeudi à New York, soutenus par un dollar faible et des perspectives de baisse de la production mondiale.

(Reuters)

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, a pris 98 cents à 46,32 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, a également progressé, de 82 cents à 47,65 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"La faiblesse du dollar depuis hier et une Réserve fédérale (Fed) qui a abaissé ses perspectives de hausse des taux ont soutenu les cours hier et je pense que c'est toujours le cas", a expliqué Jason Schencker de Prestige Economics.

Mercredi, le Comité monétaire de la Fed (FOMC) a laissé ses taux inchangés et s'il a reconnu que les arguments en faveur d'un resserrement monétaire se sont "renforcés", ses membres ne prévoient plus qu'une hausse cette année contre deux auparavant.

Cela a affaibli le billet vert et comme les échanges sur le marché du brut se font en dollar, les investisseurs utilisant d'autres devises profitent de ce gain de pouvoir d'achat pour acquérir des barils.

Limitation de la production

"En plus de cela, je pense que les investisseurs ont voulu limiter leurs risques avant la réunion de l'Opep", l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a indiqué Oliver Sloup.

Une réunion informelle entre les principaux pays producteurs de pétrole doit se tenir la semaine prochaine à Alger en marge du Forum de l'Energie.

La Russie, non-membre de l'Opep mais qui pourrait se joindre à un accord, a indiqué jeudi qu'une éventuelle réduction de 5% de sa production de pétrole pour soutenir les prix était "réaliste", ce qui alimente les chances de succès de la réunion.

"Une grève dans le secteur en Norvège a également soutenu la hausse des cours", a ajouté Dorian Lucas, analyste chez Inenco.

Le pétrole a donc poursuivi jeudi sa progression entamée la veille avec la baisse inattendue des réserves de brut aux Etats-Unis.

Selon les chiffres officiels du département de l'Energie (DoE) publiés mercredi, les réserves commerciales américaines de brut ont diminué pour la troisième semaine consécutive, de 6,2 millions de barils, lors de la semaine achevée le 16 septembre.

Egalement aux Etats-Unis, l'oléoduc Colonial numéro 1, qui avait été partiellement arrêté suite à une fuite détectée le 9 septembre, a été remis en service, mais il faudra plusieurs jours pour que l'approvisionnement en produits raffinés revienne à la normale, a indiqué l'entreprise Colonial Pipeline dans un communiqué mercredi. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...