Les prix du pétrole remontent

lundi, 24.07.2017

Les cours de l'or noir sont remontés sans effacer leurs pertes de jeudi et de vendredi. Les marchés restent toutefois méfiants sur les perspectives de l'accord de limitation de la production qui lie l'Opep et ses partenaires, dont la Russie, depuis le début de l'année.

Les cours de l'or noir sont remontés sans effacer leurs pertes de jeudi et de vendredi. Les marchés restent toutefois méfiants sur les perspectives de l'accord de limitation de la production qui lie l'Opep et ses partenaires, dont la Russie, depuis le début de l'année.

Les prix du pétrole remontaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, l'Arabie saoudite ayant déclaré vouloir limiter ses exportations après la réunion de l'Opep et de ses partenaires à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Vers 10H35 GMT (12H35 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 48,47 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 41 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 33 cents à 46,10 dollars.
Les cours de l'or noir remontaient lundi sans effacer leurs pertes de jeudi et de vendredi, les marchés restant méfiants sur les perspectives de l'accord de limitation de la production qui lie l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, depuis le début de l'année.

"La forte production américaine endigue complètement les efforts réalisés par les membres de l'Opep ainsi que par les pays partenaires qui ont accepté de se joindre à cet effort", ont expliqué les analystes de Saxo Banque.

Face à un marché sceptique, l'Opep n'a pas modifié son accord dans la profondeur lors de la réunion de suivi de l'accord de Saint-Pétersbourg, mais le ministre saoudien de l'Energie, Khaled Al-Faleh, a cependant affirmé que son pays contrôlerait désormais son niveau d'exportation, et pas seulement de production.

"L'Arabie saoudite a exporté en moyenne 7,2 millions de barils par jour entre janvier et mai, une limitation à 6,6 millions de barils par jour serait un réel effort", a noté Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

Le niveau élevé des exportations, alors même que la production est censée être en baisse, inquiétait en effet les marchés.

"Les données relevées par des entreprises qui suivent les navires pétroliers par satellite ont fait état d'une hausse nette des chargements de pétrole en juin et en juillet, que ce soit par les producteurs qui font partie de l'Opep ou non", ont relevé les analystes de Morgan Stanley.(awp)


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...