Les FAANG à un niveau record, pour combien de temps encore?

lundi, 03.08.2020

Les cinq géants de la tech mondiale ont connu un essor particulier depuis le déclenchement de la pandémie de Covid.

Zehrid Osmani*

Zehrid Osmani

Les FAANG ont récemment pris une place encore plus importante dans de nombreux portefeuilles. Par ailleurs, le confinement mondial des marchés a rendu ces géants de la tech (Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google) encore plus attrayants. Mais les investisseurs devraient-ils conserver ces cinq sociétés phares si la vie retourne, dans une certaine mesure, à la normale?

Le coronavirus et le confinement ont paralysé l’économie mondiale. De nombreuses entreprises ont vu leur activité vaciller. Dès lors que nous sortons lentement de l’impasse, les entreprises vont devoir relever de nombreux défis avant de pouvoir reprendre leur rythme de croisière et retrouver leur ancienne clientèle.

Pour certains, cette période a joué en leur faveur, et les FAANG en particulier ont connu un essor depuis le déclenchement de la pandémie de Covid. Un rapide coup d’œil sur le cours des actions des cinq géants montre qu’à l’exception de la société mère de Google, Alphabet, tous se négocient à des niveaux record, ayant réalisé des gains substantiels depuis le début de l’année.

Jusqu’où peuvent-ils aller? C’est une question fondamentale. En effet, il existe un risque que les bénéficiaires tirant parti du confinement aient effectué des transactions beaucoup trop élevées. Les investisseurs doivent maintenant se pencher sur ce que ces entreprises devraient négocier à l’avenir alors que nous traversons une phase de sortie de pandémie.

Amazon présente des perspectives positives

Seules les perspectives d’une entreprise semblent très positives. En effet, Amazon continue à avoir un potentiel d’investissement attrayant à long terme et, surtout, un profil de risque plus favorable. 

Le géant des achats en ligne a la capacité de tirer parti de certaines tendances de croissance structurelle à long terme très fortes et domine certains secteurs, tandis que l’équipe de direction continue d’investir des milliards dans la croissance de sa propre entreprise. Nous pensons que même à ce niveau, la cotation de l’entreprise reste attractive.

Pour les autres entreprises, en revanche, les perspectives sont plus incertaines. Facebook s’est développée de manière régulière avec les acquisitions de WhatsApp et Instagram ainsi que le lancement récent des Facebook Shops. Les investisseurs doivent toutefois faire preuve de prudence, car il n’est pas facile d’identifier les défis réglementaires auxquels la plate-forme est confrontée et de savoir si elle dispose d’un modèle commercial solide qui lui permettra d’élargir durablement sa base d’utilisateurs.

Google est dans une situation similaire. L’entreprise fait l’objet d’une surveillance accrue de la part des régulateurs qui examinent les violations de données, les problèmes de confidentialité et l’évasion fiscale. Il est risqué de s’y exposer trop car les investisseurs ne sont pas en mesure de quantifier l’impact qu’un changement de réglementation ou de règles fiscales pourrait avoir sur l’évaluation de l’entreprise.

Apple et Netflix ne sont pas non plus sans risque, bien que cela ne se reflète pas dans le prix élevé de leurs actions. Si certains préfèrent sélectionner Apple dans leur portefeuille, il est possible que le poids  reconnu de l’entreprise sur le marché, notamment dans le domaine des téléphones portables et tablettes, soit mis en péril par des concurrents tels que Samsung qui les menacent sur leur propre segment. Ces concurrents créent des produits alternatifs moins coûteux, ce qui signifie que le risque d’érosion des prix est présent.

Enfin, regardons de plus près Netflix. De nombreux investisseurs ont favorisé Netflix ces derniers mois pour des raisons évidentes, car la société est clairement perçue comme une action «liée au confinement». Cependant, il existe une pression concurrentielle constante pour investir dans de nouveaux contenus, ce qui a un impact sur les revenus potentiels futurs. Cet élan et la force des concurrents dans ce secteur – qu’il s’agisse de Disney ou même d’Amazon Prime – signifient que les bénéfices pourraient être affectés à long terme.

En faisant monter les prix de ces entreprises à des niveaux ahurissants, les investisseurs peuvent s’exposer par inadvertance à un risque plus important alors que les entreprises luttent pour rester à leur niveau.

* Gérant du fonds Global Long Term Unconstrained de Legg Mason Martin Currie 






 
 

AGEFI



...