Les cinq compétences clefs du leadership

dimanche, 24.11.2019

Christophe Clavé *

Une enquête menée dans 15 pays, auprès de 30 entreprises et 195 dirigeants d’entreprise a mis en exergue les 5 grandes compétences les plus importantes au leadership. Le résultat de cette enquête a été publié dans la Harvard Business Review par son auteur, Sunnie Giles.

Les questions posées ont trait à ce qui rend un leader reconnu et efficace. Les réponses se concentrent sur quinze grandes compétences, qui elles-mêmes ont été synthétisées dans cinq compétences clefs du leadership.
Certaines d’entre elles vous sembleront évidentes, alors que d’autres nécessitent pour être mise en œuvre d’agir contre nature.

1. Ethique et sentiment de sécurité. Les récentes avancées des neurosciences démontrent qu’un sentiment d’insécurité met notre cerveau reptilien dans un mode d’auto-défense, bloquant ses capacités d’engagement social afin de parer au danger imminent.
A l’inverse, un sentiment de sécurité permet l’ouverture aux autres, l’engagement dans la relation, et crée les capacités à collaborer.
Une compétence attendue d’un leader est donc de créer cette atmosphère de sécurité et de confort. La meilleure façon d’y parvenir est d’incarner éthique et standards moraux. Afficher les objectifs, les responsabilités et les règles du jeu est la condition de la création d’un sentiment de sécurité.
Exclure l’arbitraire, agir dans la transparence de façon consistante dans les choix et les priorités sont les bases attendues pour créer sécurité et confiance.

2. Laisser aux équipes le pouvoir de s’organiser comme elles l’entendent. Le meilleur manager ne peut pas tout faire tout seul. Il est essentiel pour l’atteinte de ses propres objectifs de distribuer le pouvoir à ses équipes, et de mettre la décision au niveau où l’action se passe. Pour cela, on ne le dira jamais assez, il faut des objectifs clairs, un cadre d’actions et des limites.
L’autonomie laissée aux équipes est à la fois plus efficace du point de vue de la productivité et de la créativité, ainsi que du point de vue de la motivation et de l’implication.  

3. Renforcer connexion et appartenance. Depuis l’homo sapiens l’homme et la femme sont des êtres sociaux. Ils ne survivent que grâce à leurs capacités à s’associer.
Créer des connexions est une mission essentielle du leader. Créer une identité, une communauté, un collectif dont sont partagés les objectifs et les valeurs constitue les fondations du travail collectif. Sourire, appeler les gens par leur nom, connaître des éléments de leur vie hors du travail, créer le sentiment que les échecs et les succès de l’équipe seront collectifs, et surtout les écouter lorsqu’ils s’expriment sont les sources de ce sentiment d’appartenance.

4. Créer une culture d’ouverture, d’innovation et d’apprentissage. Sans échecs il n’y a pas d’apprentissage. Reconnaitre le droit à l’erreur permet d’apprendre des erreurs et de passer à la suite. Cela permet de tester les idées nouvelles, et de progresser ensemble à travers les expérimentations.


5. Encourager le développement personnel. Assurer le développement personnel des membres de son équipe est un signal essentiel qu’un leader pourra envoyer à ses équipes. Aider chacun à progresser et à développer ses capacités et compétences pour pouvoir évoluer est une formidable source de sécurité, de confiance et de motivation pour les équipes.
Ces cinq compétences sont un vrai challenge pour tout leader, et elles constituent autant de leviers d’amélioration de la performance des équipes. C’est le succès de ses équipes qui fait le succès du leader.

* Professeur de stratégie & management INSEEC SBE

>> Du même auteur, lire aussi: 

- Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

- Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée






 
 

AGEFI




...