Les CFF renoncent aux loyers des commerces ou les réduisent

mardi, 19.05.2020

Les CFF renonceront aux loyers des commerces qui ont été contraints, sur ordre des autorités, de fermer leurs portes en raison de la pandémie.

Au total, les loyers de plus de 1200 baux seront ajustés pour la phase de confinement. (Keystone)

Les CFF renoncent aux loyers des commerces ou les réduisent pendant la période de confinement due au coronavirus. Il s'agit principalement des magasins et restaurants dans les gares.

Au total, les loyers de plus de 1200 baux seront ajustés pour la phase de confinement. Les locataires de bureaux et de logements sont exclus des réductions, a annoncé l'entreprise mardi dans un communiqué.

Les CFF renonceront aux loyers des commerces qui ont été contraints, sur ordre des autorités, de fermer leurs portes. Les commerces qui ont été autorisés à rester ouverts bénéficieront pour leur part de réductions de loyer, dont le montant dépend de la baisse du chiffre d'affaires. En fonction de l'activité, la phase prise en compte s'étend du 17 mars au 26 avril, au 10 mai ou jusqu'au 8 juin, précise l'ex-régie fédérale.

A cause de ces mesures, les CFF s'attendent à un recul des revenus locatifs de plusieurs dizaines de millions de francs pour l'année en cours, indique un porte-parole de l'entreprise à Keystone-ATS.

L'année passée, les CFF ont encaissé environ 550 millions de francs en loyers, tous biens immobiliers confondus - magasins, restaurants, bureaux et logements. L'impact de ces recettes diminuées en raison du confinement sur le résultat global des CFF ne peut pas encore être déterminé, selon la même source.

Signal fédéral attendu

Avec ces dispositions, les CFF veulent soutenir leurs locataires commerciaux, contribuer à leur faciliter la gestion de leurs liquidités et la planification de leurs activités et montrer leur appréciation pour les relations d'affaires qu'ils entretiennent, parfois depuis de nombreuses années. Les locataires commerciaux seront contactés par l'entreprise dans les prochains jours et n'ont pas besoin de demander la réduction de loyer.

D'autres entreprises, comme Migros, ont pris des mesures similaires. Pour l'heure, locataires et propriétaires continuent d'attendre un signal clair de la Confédération concernant le traitement des loyers des magasins fermés. Lors de sa session extraordinaire début mai, les Chambres fédérales ne sont pas parvenues à un accord sur cette question.

Le Conseil national a proposé une solution globale selon laquelle les exploitants de restaurants et autres magasins ne devraient en principe à leur propriétaire que 30% du loyer pendant la durée de la fermeture. Le Conseil des Etats a lui estimé que la mesure allait trop loin.

Mesures immédiates

Les CFF ont pris des mesures immédiates pour venir en aide aux locataires commerciaux dès la mise en place du confinement, rappelle le communiqué. Le délai de paiement des loyers a notamment été prolongé de 60 jours à partir de mars et les heures d'ouverture minimales de tous les magasins ont été supprimées, indique encore le communiqué.

Depuis le 11 mai, et pendant toute la phase de reprise, les CFF aident par ailleurs leurs locataires commerciaux à respecter les règles d'hygiène, par exemple en concevant et en aménageant des zones d'attente devant les magasins. L'objectif est que les clients des transports publics puissent voyager en toute sécurité et confortablement dans les circonstances actuelles. (ats)

>> Notre dossier coronavirus






 
 

AGEFI



...