CFF, BLS, SOB, RhB et UTP planchent sur un nouvel outil de gestion

mardi, 29.01.2019

Les CFF, le BLS, la compagnie du Südostbahn, les chemins de fer rhétiques et l'Union des transports publics veulent amener le chemin de fer vers l'âge numérique via le programme smartrail 4.0.

Le programme smartrail 4.0 a pour but d'augmenter jusqu'à trente pour cent l'utilisation déjà très forte du réseau par les trains voyageurs et marchandises sur l'infrastructure existante. (Keystone)

Les chemins de fer suisses développent un nouveau système de planification et de gestion du trafic. Le programme smartrail 4.0 vient de prouver sa faisabilité au moyen d'une simulation.

"Dès 2022, la clientèle bénéficiera de liaisons plus nombreuses et plus ponctuelles, ainsi que d'une information plus précise et plus rapide", annoncent mardi les CFF dans un communiqué. Le programme smartrail 4.0 a pour but d'augmenter jusqu'à trente pour cent l'utilisation déjà très forte du réseau par les trains voyageurs et marchandises sur l'infrastructure existante.

Les CFF, le BLS, la compagnie du Südostbahn (SOB), les chemins de fer rhétiques (RhB) et l'Union des transports publics (UTP) font évoluer en commun le chemin de fer vers l'âge numérique. Ils entendent réduire les coûts, renforcer les capacités, améliorer la ponctualité et la sécurité.

Un nouveau système transversal de gestion du trafic, élément important de ce projet, fait le lien entre les différents systèmes actuels de production ferroviaire, de la planification de l'horaire à court et à long termes à la régulation du trafic ferroviaire.

La meilleure variante

Les travaux ont commencé en 2017, mobilisant jusqu'à cent personnes à certaines périodes. Smartrail est parvenu, à la fin 2018, à prouver sa faisabilité au moyen d'une simulation.

Le nouveau système de gestion du trafic est capable, en cas d'écart par rapport à l'horaire, de générer en quelques secondes plusieurs variantes de solutions et de les communiquer aux autres systèmes. Il aide le personnel à identifier rapidement la variante la plus conviviale, à réguler le trafic ferroviaire en conséquence et à informer les clientes et les clients.

De plus, ce système permet de mieux exploiter le réseau ferroviaire parce qu'il veille constamment aux situations critiques pouvant survenir sur le réseau ferroviaire, et est en mesure d'y remédier. Cela renforce la stabilité de l'horaire et représente une condition importante pour une exploitation plus efficace de l'infrastructure existante. Les voyageurs profiteront ainsi de liaisons plus nombreuses et plus ponctuelles, ainsi que d'informations plus précises et plus rapides.

Le nouveau système de gestion du trafic va passer en phase de réalisation. Il devrait être mis en oeuvre progressivement d'ici à 2028 en remplacement des systèmes actuels. La planification de l'horaire à court terme, pour laquelle le système de gestion du trafic devrait entrer en service à la fin 2022, constitue un premier objectif atteint. (awp)






 
 

AGEFI



...