Novartis délivre un 2e trimestre robuste, dopé par l'oncologie

Mercredi, 18 juillet 2018

La multinationale pharmaceutique Novartis a engrangé sur le deuxième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 13,16 milliards de dollars, correspondant à une croissance de 7,5% sur un an.

Novartis affiche sur le deuxième trimestre de 2018 des résultats dans le haut des attentes du marché. La multinationale pharmaceutique a notamment pu compter sur son coeur de métier dans les médicaments originaux pour asseoir une croissance rentable, notamment dans le domaine de l'oncologie. Les filiales Alcon et Sandoz s'inscrivent...

Easyjet relève sa prévision de bénéfice avant impôts

Mercredi, 18 juillet 2018

La compagnie aérienne à bas coût EasyJet a relevé mercredi sa prévision de bénéfice avant impôt pour l'exercice comptable 2017-2018, sur fond de progression de son trafic passagers et de ses revenus.

Le trafic passagers et les revenus de la compagnie aérienne à bas coût Easyjet progressent. Conséquence: le groupe relève la prévision de bénéfice avant impôt pour son exercice comptable 2017-2018. Le groupe a expliqué dans un rapport d'activité publié mercredi qu'il s'attendait désormais à dégager un bénéfice avant...

Hôtellerie: les salaires minimums augmenteront dès 2019

Mercredi, 18 juillet 2018

Les partenaires sociaux de l’hôtellerie-restauration ont adapté les salaires minimums pour l’année à venir. À partir du 1er janvier 2019 les salaires augmenteront de 1 à 1,3 %.

Chaque année, les partenaires sociaux dans le domaine de l'hôtellerie et de la restauration négocient un ajustement des salaires minimum. Les employés sont représentés par l’organisation professionnelle et les syndicats Hotel & Gastro Union, Syna et Unia, et les employeurs par les associations patronales GastroSuisse,...

CFF: les cheminots exigent l'abandon du nouvel outil de planification

vendredi, 12.01.2018

Les CFF doivent renoncer à leur nouvel outil informatique permettant de planifier l'engagement du personnel. Avec les problèmes qui s'accumulent, la patience de ce dernier a atteint ses limites, affirme le Syndicat SEV.

Le système Sopre doit organiser la répartition du travail de quelque 20'000 employés dans un millier de trains.(keystone)

Les difficultés apparues dès l'introduction du système Sopre en juin 2016 pour le personnel des trains, n'ont jamais été totalement résolues. Et en novembre dernier, les CFF l'ont étendu au personnel des locomotives, où les conditions-cadres sont encore plus complexes.

Conséquences: les performances insuffisantes comme la lenteur du programme et la mauvaise qualité des informations n'ont pas tardé à amener les régulateurs et le personnel des locomotives aux limites du supportable, tant sur le plan psychique que physique.

"Ce sont la stabilité de l'horaire et la santé du personnel qui sont en jeu!" prévient Jürg Hurni, le secrétaire du Syndicat du personnel des transports (SEV) en charge du dossier.

En novembre, les CFF rassuraient, expliquant les retards et autres suppressions de trains qui se multiplient en partie par les défauts de jeunesse du nouvel outil de planification d'engagement du personnel. Les collaborateurs ne maîtrisent encore que les 90% environ du système, disait leur porte-parole.

Selon le SEV, les CFF décideront fin avril de l'avenir de Sopre et continueront de l'utiliser au moins jusqu'au changement d'horaire de décembre 2018. Mais pour le syndicat, cela ne peut pas durer autant. "Lorsque l'on s'engage dans un cul-de-sac, on doit avoir non seulement le bon sens mais aussi le courage de s'arrêter et de faire marche arrière avant de foncer dans le mur!", écrit-il dans un communiqué.

Le système Sopre doit organiser la répartition du travail de quelque 20'000 employés dans un millier de trains. Son prédécesseur a atteint les limites de durée de vie.(awp)






 
 

AGEFI


 

 



...