Les catastrophes ont occasionné 36 milliards de dollars de dégâts

jeudi, 16.08.2018

Le montant des dégâts occasionnés par des catastrophes devrait être moins élevé que l'année dernière selon les chiffres publiés par le réassureur Swiss Re.

La tempête hivernale Friederike qui a frappé l'Europe en janvier a provoqué 2,1 milliards de dollars des dommages couverts par les assurances. (keystone)

Les catastrophes naturelles et causées par l'homme ont occasionné des dégâts de 36 milliards de dollars (35,7 milliards de francs) au premier semestre, selon une étude publiée jeudi par le réassureur Swiss Re. Ce montant est en nette baisse par rapport aux 64 milliards comptabilisés il y a un an. Mais la vague de chaleur de l'été pourrait alourdir la facture.

De ce montant, 20 milliards de dollars concernent des dommages assurés, dix milliards de moins qu'au premier semestre 2017, a précisé le groupe zurichois dans son étude périodique Sigma. Moins de personnes ont également perdu la vie lors de ces événements, le rapport mentionnant 3900 personnes tuées par ces catastrophes, soit 15% de moins qu'un an plus tôt.

La tempête hivernale Friederike qui a frappé l'Europe en janvier a, à elle seule, provoqué 2,1 milliards de dollars des dommages couverts par les assurances. Les rafales de vent allant à plus de 200 km/h ont principalement causé des dégâts en Allemagne, aux Pays-Bas, en France, en Belgique et au Royaume-Uni.

L'Amérique du Nord n'a pas été épargnée en mars et avril par des tempêtes de neige, des pluies verglaçantes, des inondations et des ouragans qui ont occasionné 4 milliards de dollars de dommages cumulés, dont 2,9 milliards assurés.

Les éruptions volcaniques à Hawaï et au Guatemala, ainsi que les tremblements de terre au Japon, à Taïwan et en Papouasie-Nouvelle-Guinée ont également provoqué des dégâts, dont les montants restent à estimer.

Les catastrophes causées par l'humain ont quant à elles occasionné 2 milliards de dollars de dommages assurés, un montant en chute de 58% sur un an.

Risques accrus de météo instable

Les assureurs risquent de faire face à des coûts importants au second semestre, en raison de la vague de chaleur qui a frappé plusieurs parties du monde avec notamment d'importants incendies en Californie et en Grèce. S'y ajoutent des canicules en Europe et en Australie du Sud, qui risquent de provoquer des pertes de récoltes.

Selon les spécialistes de Swiss Re, ces conditions climatiques extrêmes risquent de se multiplier ces prochaines années. "Cela pourrait devenir la nouvelle normalité", a estimé Martin Bertogg, responsable auprès du groupe des risques liés aux catastrophes.

"Selon les modèles climatiques établis par les scientifiques, les températures et l'humidité vont augmenter dans de nombreuses régions du monde et devenir en même temps plus volatiles", a-t-il averti. Ces changements risquent de provoquer d'importantes pluies et sécheresses, ainsi que des incendies. (awp)






 
 

AGEFI




...