Les régimes de retraite en difficulté au troisième trimestre

mercredi, 14.10.2020

Les bilans des entreprises suisses ont eu du mal à se maintenir à niveau au cours du troisième trimestre 2020. Le degré de couverture - rapport entre actifs et engagements de prévoyance - a ainsi diminué d'une soixantaine de points de basse.

La reprise du marché des actifs observée au cours du deuxième trimestre avec l'éclatement de la pandémie de Covid-19 a ralenti.(Keystone)

La baisse de rendement des obligations n'a pu être compensée qu'en partie par l'évolution positive observée au niveau des investissements, indique Willis Towers Watson.

Le degré de couverture - rapport entre actifs et engagements de prévoyance - a ainsi diminué d'une soixantaine de points de base, comme le montre l'indice des régimes de retraite publié mercredi par le courtier en assurances, qui est passé de 100,7% au 30 juin à 100,1% au 30 septembre.

La reprise du marché des actifs observée au cours du deuxième trimestre avec l'éclatement de la pandémie de Covid-19 a ralenti et les rendements n'ont pas suffi à compenser la baisse des taux d'escompte les mois suivants.

"Les rendements des obligations des entreprises suisses ont été extrêmement volatils, en dessous du seuil de 1,0% durant plus de cinq ans, et en dessous de 0,5% au cours des deux dernières années", explique Adam Casey, un des auteurs de l'étude, ajoutant qu'ils se situent autour de 0% à l'heure actuelle.

A cela s'ajoute le risque de voir des taux d'escompte plonger en territoire négatif en fin d'année, ce qui impliquerait que les engagements futurs ne seraient plus actualisés pour calculer leur valeur actuelle, mais plutôt gonflés.

Outre l'impact possible d'une deuxième vague de la pandémie sur les marchés, les conseils de fondation devront également prendre en compte l'incidence économique du réchauffement climatique.

La crise actuelle a poussé nombre d'investisseurs à "tenir compte plus sérieusement des possibles conséquences financières des facteurs ESG sur leur portefeuille", estime Jérôme Franconville, responsable de l'investissement chez Willis Towers Watson à Lausanne, cité dans le document.(ATS)






 
 

AGEFI



...