Novartis délivre un 2e trimestre robuste, dopé par l'oncologie

Mercredi, 18 juillet 2018

La multinationale pharmaceutique Novartis a engrangé sur le deuxième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 13,16 milliards de dollars, correspondant à une croissance de 7,5% sur un an.

Novartis affiche sur le deuxième trimestre de 2018 des résultats dans le haut des attentes du marché. La multinationale pharmaceutique a notamment pu compter sur son coeur de métier dans les médicaments originaux pour asseoir une croissance rentable, notamment dans le domaine de l'oncologie. Les filiales Alcon et Sandoz s'inscrivent...

Easyjet relève sa prévision de bénéfice avant impôts

Mercredi, 18 juillet 2018

La compagnie aérienne à bas coût EasyJet a relevé mercredi sa prévision de bénéfice avant impôt pour l'exercice comptable 2017-2018, sur fond de progression de son trafic passagers et de ses revenus.

Le trafic passagers et les revenus de la compagnie aérienne à bas coût Easyjet progressent. Conséquence: le groupe relève la prévision de bénéfice avant impôt pour son exercice comptable 2017-2018. Le groupe a expliqué dans un rapport d'activité publié mercredi qu'il s'attendait désormais à dégager un bénéfice avant...

Acier: nouvelles mesures de l'UE pour contrer les effets des taxes américaines

Mercredi, 18 juillet 2018

Des mesures dites "de sauvegarde" destinées à protéger l'industrie sidérurgique européenne de l'acier étranger qui ne trouve plus de débouchés aux Etats-Unis à cause des taxes punitives de Trump entreront en application jeudi.

La commission européenne va prendre des mesures jeudi afin de contrebalancer les taxes punitives de Donald Trump qui plombent les débouchés de l'acier étranger aux Etats-Unis. "Les droits de douane américains (...) entraînent un détournement des échanges, ce qui pourrait causer de graves préjudices aux sidérurgistes...

Oswald Grübel: les banques ont appris de leurs erreurs

lundi, 01.01.2018

Les banques ont appris de leurs erreurs et des lourdes amendes ces dernières années, estime Oswald Grubel, ancien directeur général de Credit Suisse et d'UBS.

Oswald Grubel: "Certains agissements, condamnés dans un deuxième temps, n'étaient par répréhensibles pendant des années." Keystone

Oswald Grubel, ancien directeur général de Credit Suisse et d'UBS, s'il reconnait que les banques ont appris de leurs erreurs, affiche néanmoins une certaine compréhension pour quelques pratiques sanctionnées.

"En effet, certains agissements, condamnés dans un deuxième temps, n'étaient par répréhensibles pendant des années", explique Oswald Grübel dans une interview parue dimanche dans les colonnes de l'hebdomadaire alémanique Zentralschweiz am Sonntag. "Même les régulateurs et les banques centrales savaient."

A titre d'exemple, Oswald Grübel, 74 ans, mentionne le scandale du Libor. "Des fautes et des tromperies ont été commises, mais le reproche selon lequel il y avait des manipulations systématiques via un cartel global des taux d'intérêt est la résultante d'un changement de paradigme dans la manière d'appréhender la question."

Le scandale du taux interbancaire Libor a éclaté en 2011. UBS ainsi que les établissements britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland ont écopé d'amendes pour un montant cumulé de plus de 2,5 milliards de dollars.

Pour mémoire, Oswald Grübel a fonctionné comme directeur général d'UBS en début 2009 et septembre 2011, alors en pleine tourmente pour le numéro un bancaire suisse dans la foulée de la crise financière et de la crise des "subprime". Auparavant, l'Allemand avait dirigé Credit Suisse entre 2003 et 2007.

Sa démission d'UBS avait été causée par le scandale de l'affaire de transactions frauduleuses d'un courtier de la banque à Londres. Celles-ci avaient entraîné une perte de 2,3 milliards de dollars. "Ce fut une décision servant à prendre une responsabilité que seul un directeur général peut assumer", relève Oswald Grübel.

Condamné en 2012 à sept ans de prison pour sa fraude, le courtier à l'origine de l'affaire, un certain Kweku Adoboli, a été libéré en juin 2015. Il avait alors purgé environ la moitié de sa peine. Les deux hommes ne se sont jamais parlé personnellement, note l'ancien patron d'UBS. (awp)






 
 

AGEFI


 

 



...