Les annonceurs suisses privilégient les médias en ligne en 2020

mercredi, 08.01.2020

Les annonceurs suisses s'attendent à une croissance stable de leurs revenus en 2020 et investiront particulièrement dans les médias en ligne afin d'accéder à un public cible.

MH

Dans les médias en ligne, il faut s’attendre à une nouvelle forte hausse des investissements.(Keystone)

Les annonceurs suisses ont fait état de résultats stables l’an dernier et près de la moitié d’entre eux (47,6%) s'attendent à une augmentation de leur chiffre d'affaires en 2020. C'est ce que révèle la dernière enquête de la Leading Swiss Agencies (LSA) et l'Association Suisse des Annonceurs (ASA).

Parallèlement, les budgets de communication restent stables: 45,3% des répondants ne souhaitent pas y apporter de modifications, 26,4% veulent l’augmenter et 25,5% entendent le réduire. L'évolution des budgets médias se situe dans une fourchette comparable.

Les médias traditionnels perdent facilement du terrain

Dans la présente enquête, les annonceurs ont été interviewés sur leurs «dépenses globales» dans les différents types de médias. Dans les médias traditionnels, la plupart des personnes interrogées souhaitent investir un montant identique ou un tiers de moins environ.

Ce n’est que dans la publicité par affichage (OOH) – et sous l'impulsion des espaces publicitaires digitaux dans les espaces publics – que beaucoup souhaitent investir un montant identique ou un tiers de plus.

Dans les médias en ligne, il faut s’attendre à une nouvelle forte hausse des investissements puisque les publics cibles deviennent plus accessibles grâce au SEA, aux médias sociaux, aux vidéos en ligne et à l’affichage publicitaire.

En ce qui concerne la publicité télévisée, le volume d'investissement doit être relativisé car les volumes dans les médias traditionnels restent davantage importants.

Enfin, la voix n’a pas encore trouvé sa place en Suisse alors qu’Amazon a joué un rôle majeur à ce propos sur d’autres marchés. L’absence de commandes vocales compatibles avec les dialectes de la Suisse est un des obstacles à relever.

L’accessibilité au public cible reste le principal défi

Comme les années précédentes, l'accessibilité au public cible (60%) est le principal défi de la branche. Suivent de près la complexité des canaux (39 %), la transformation digitale (37%), l'automatisation du marketing (35%) ainsi que l’établissement et le développement des compétences professionnelles (26%). Une tendance continue qui s'explique par le fait que la transformation digitale est toujours en plein essor.

Selon les auteurs de l'enquête, il est essentiel de créer un écosystème dans lequel les données du public cible et des clients peuvent être analysées et utilisées efficacement pour une approche ciblée de ces derniers. De nombreuses connaissances spécialisées sont nécessaires pour maîtriser cette complexité et trouver la bonne combinaison pour une communication réussie et basée sur des données. 

167 annonceurs de renom ont participé à cette enquête annuelle, menée entre octobre et novembre 2019.






 
 

AGEFI




...