Facebook accusé de discrimination aux Etats-Unis

samedi, 18.08.2018

Les annonces immobilières sur Facebook prennent en compte la race, la religion, le statut matrimonial ... des utilisateurs. Le ministre américain du Logement a porté plainte contre le réseau social.

Facebook accusé de proposer aux annonceurs des outils leur permettant de cibler des locataires ou de futurs acheteurs notamment sur les critères de race ou d'origine sociale. (Keystone)

Le ministère du Logement aux Etats-Unis a annoncé vendredi avoir porté plainte contre Facebook, accusant le réseau social d'autoriser des pratiques discriminatoires sur sa plateforme.

"Facebook permet aux annonceurs d'avoir le contrôle sur les annonces immobilières que reçoivent les utilisateurs en fonction de leur race, leur couleur, leur religion, leur sexualité, le statut matrimonial, la nationalité d'origine, le handicap et le code postal", dénonce le ministère dans un communiqué.

Il affirme que Facebook propose aux annonceurs des outils leur permettant de cibler des locataires ou de futurs acheteurs de maisons ou d'appartements en fonction de leur couleur de peau ou de leur origine sociale.

"Il n'y a pas de place pour la discrimination à Facebook. C'est prohibé dans nos règlements internes", a réagi le groupe.

"Au cours de l'année dernière nous avons renforcé nos systèmes pour les protéger contre tout usage détourné", a ajouté le réseau social, indiquant qu'il allait "directement" coopérer avec le ministère pour essayer d'apaiser ses inquiétudes.

Certaines annonces immobilières ne sont parfois dirigées que vers certains utilisateurs tandis que d'autres, ayant un handicap ou encore pratiquant une certaine religion, ne les voient pas, accuse encore le ministère.

Par ailleurs, souvent des annonces ne parviennent pas à des utilisateurs dont le profil sur Facebook indique qu'ils sont "intéressés par l'Amérique latine, le Canada, l'Asie du sud-est, la Chine, le Honduras ou la Somalie", affirme-t-il encore. (awp)






 
 

AGEFI



...