Credit Suisse officialise la réduction de la rémunération de ses dirigeants

mardi, 18.04.2017

Les actionnaires seront appelés à approuver une part variable à court terme pour 2016 de 17,01 millions de francs pour le directoire, au lieu des 26 millions de francs précédemment articulés.

Les actionnaires seront appelés à approuver une part variable à court terme pour 2016 de 17,01 millions de francs pour le directoire, au lieu des 26 millions de francs précédemment articulés.

Credit Suisse publie mardi une actualisation du rapport de rémunération 2016 des ses instances dirigeantes, afin de refléter la proposition du directeur général Tidjane Thiam et du directoire de renoncer à 40% de leurs bonus initialement accordés. Le conseil d'administration rappelle pour sa part dans un communiqué mardi s'être engagé à ne pas augmenter l'enveloppe globale qu'il entend s'octroyer pour 2017.

Les actionnaires seront appelés à approuver une part variable à court terme pour 2016 de 17,01 millions de francs pour le directoire, au lieu des 26 millions de francs précédemment articulés. La part variable à long terme proposée pour l'exécutif a été élaguée à 21,2 millions, contre 52,0 millions de francs au titre de 2017.

Le bonus à court terme de M. Thiam s'élèvera ainsi à 4,2 millions, en plus d'une part fixe de 3,7 millions. Le total de sa rémunération, incitations à long terme incluses, se monte à 11,9 millions.

La rémunération prévue pour l'organe de surveillance entre l'assemblée générale ordinaire de 2017 et celle de 2018 a été rabotée à 12,0 contre 12,5 millions.

Les actionnaires s'étant déjà prononcés sur ces objets par voie électronique pourront en conséquence modifier jusqu'au 25 avril leurs choix initiaux, moyennant la demande d'un nouveau formulaire. Les autres points à l'ordre du jour de la prochaine réunion ordinaire des propriétaires de Credit Suisse demeurent inchangés.

Le nouveau rapport de rémunération souligne que le vote des actionnaires sur les rémunérations est désormais contraignant.

La fondation Ethos a lancé l'hallali sur les responsables de Credit Suisse en début de mois, ciblant les candidatures de plusieurs membres de l'organe de surveillance - dont celle du président Urs Rohner - à leur réélection, la décharge pour le conseil d'administration ou encore le rapport de rémunération.

Les bureaux de conseil aux actionnaires américains ISS et Glass Lewis ont depuis emboité le pas à la fondation genevoise sur la question des rémunérations, au vu des pertes essuyées par la banque aux deux voiles ces deux dernières années.(awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...