Les acheteurs choisissent de plus en plus d'hypothèques à moyen terme

mardi, 09.10.2018

Selon le baromètre comparis.ch, les acheteurs ont davantage recours à des hypothèques à moyen terme en raison de la hausse des emprunts hypothécaires à taux fixes.

Le baromètre semble le confirmer: à moyen terme, les taux d'intérêt devraient rester bas en Suisse.

Les emprunts hypothécaires à taux fixes ont connu une légère hausse au troisième trimestre 2018. Les taux d'intérêt des prêts hypothécaires à taux fixe de dix ans ont atteint 1,62%, contre 1,56% au deuxième trimestre. Les acheteurs ont donc de plus en plus recours à des hypothèques à moyen terme, selon le baromètre des hypothèques publié par comparis.ch mardi.

Au cours du deuxième trimestre, les preneurs d'hypothèques étaient un peu plus de 12% seulement à opter pour une échéance inférieure à sept ans, alors que leur part a grimpé pour venir frôler les 18% à la fin du troisième trimestre. 

Sur cinq ans, les taux indicatifs affichaient encore 1,11% à l'issue du deuxième trimestre. Ils ont progressé au cours du troisième trimestre pour venir s'établir à 1,13%. 

Représentant près de 80% du marché, les hypothèques de longue durée restent toujours les plus appréciées, selon comparis.ch. Leur part a toutefois accusé un recul de près de cinq points de pourcentage au profit des échéances à moyen terme. Il s'agit du premier repli depuis fin 2017. 

"Des taux hypothécaires de 1% représentent un seuil psychologique important", explique Dominik Weber, expert Banque chez Comparis, cité dans un communiqué. Selon lui, il n'est pas rare pour un preneur d'hypothèque de commencer par définir le poids mensuel des intérêts puis, en fonction de cela, de choisir une durée.

Ce seuil se situe aujourd’hui à un niveau nettement plus bas qu’il y a quelques années. En 2015 encore, Comparis avait parlé d’un "seuil psychologique" se situant à 2% pour les hypothèques à taux fixe de 10 ans. La part des hypothèques à moyen terme était alors de 16% seulement (contre 18% au troisième trimestre 2018), les hypothèques de longue durée ayant atteint une part de 81%. Les preneurs d’hypothèques veulent actuellement bénéficier d’une période de taux bas dont la durée déjoue tous les pronostics, en se montrant encore plus sensibles au taux appliqué à leur prêt.

Notons également à ce sujet que le rendement des obligations de la Confédération à 10 ans était en 2015 déjà à un niveau tout à fait comparable à celui d’aujourd’hui, c’est-à-dire proche de zéro, voire négatif. Ce rendement servant souvent de référence pour fixer les taux des prêts hypothécaires, l’exigence des clients de pouvoir bénéficier de taux encore plus bas paraît ainsi difficilement justifiable. Le fait d’accepter alors des durées plus courtes reflète probablement une confiance croissante dans le persistance de la période de taux bas, au-delà de la prochaine échéance du prêt.

Le baromètre semble le confirmer: à moyen terme, les taux d'intérêt devraient rester bas en Suisse. Pourtant, en début d'année encore, les taux indicatifs avaient amorcé une progression soutenue, laissant entrevoir un retournement rapide des taux d'intérêt. Reste que sur le plan macroéconomique, des tendances contradictoires pourraient freiner notablement la reprise des taux. 

La croissance dans la zone euro reste modérée. Comme la Banque nationale suisse (BNS) ne réagira qu'aux évolutions ayant lieu dans la zone euro, le contexte de taux bas en Suisse devrait se maintenir à moyen terme. (CA avec AWP)






 
 

AGEFI



...