Arbonia a tenté de limiter les dégâts au premier semestre

mardi, 18.08.2020

L'équipementier du bâtiment a réalisé un chiffre d'affaires de 644,9 millions de francs, contre 688,4 un an auparavant (-6,3%).

(Keystone)

Arbonia n'a pas résisté de manière optimale à la vague de pandémie du coronavirus et a été contraint d'introduire des mesures sur l'emploi au premier semestre. Les résultats pour 2020 devraient ressortir en souffrance, fait savoir le groupe mardi dans un communiqué. En Bourse, le titre s'est effondré.

L'équipementier du bâtiment a réalisé un chiffre d'affaires de 644,9 millions de francs, contre 688,4 un an auparavant (-6,3%). Son résultat opérationnel (Ebitda) a crû de 8,4% à 54,4 millions et le bénéfice net de 0,7% à 4,6 millions. A l'exception de l'Ebitda, tous ces chiffres sont largement en dessous des attentes des analystes interrogés par AWP.

Arbonia a pris des mesures immédiates pour minimiser les effets négatifs sur les coûts. Il s'agit, entre autres, de la réduction des employés temporaires, de la diminution des crédits de congés et d'heures supplémentaires et de la baisse partielle de 3 à 2
équipes.
Pour l'exercice 2020, Arbonia prévoit que les revenus dans leur ensemble seront inférieurs à ceux de 2019 , mais la marge opérationnelle (Ebitda) devrait demeurer comprise entre 9% et 10%.
Une deuxième vague de pandémie ou un nouveau blocage qui en résulterait générerait des pertes disproportionnées, alors que le second semestre est généralement celui qui est le plus solide pour Arbonia.
Le groupe continuera de se concentrer sur les flux de trésorerie libres, avant toute opération de fusion-acquisition, et avec l'objectif de les accroître.
Dans les conditions actuelles, le conseil d'administration a décidé de ne pas verser de dividende pour l'exercice 2019 et de ne pas tenir d'assemblée générale extraordinaire à l'automne.

A l'avenir Arbonia est convaincu de pouvoir améliorer sa rentabilité. Si l'effondrement provoqué par la pandémie de Covid-19 a durement touché certains marchés, d'autres se sont révélés stables et ont même bénéficié de la hausse des prix.
Mais il ne sera guère possible de rattraper le recul des revenus pour l'exercice dans son entier, a déploré le directeur général et président du conseil d'administration, Alexander von Witzleben, lors d'une conférence de presse à Zurich, même s'il estime que
"le premier semestre s'est étonnamment bien déroulé".

Il a ajouté que la tendance à la reprise s'était renforcée entre juin et juillet, raison pour laquelle il anticipe une marge opérationnelle ajustée au moins égale à celle de 2019, à 9,5%.

Amélioration des flux de trésorerie en vue

Le pic des investissements nécessaires a été atteint l'année dernière, ce qui devrait se traduire par une amélioration des flux de trésorerie disponibles pour 2020, à un niveau encore meilleur qu'en 2019. "Nous allons réduire le coût du capital au cours de ses prochaines années. Pour l'heure il navigue entre 7% et 8%", a précisé M. von Witzleben.
La Suisse et l'Allemagne, qui représentent 68% du chiffre d'affaires d'Arbonia, n'ont essuyé que de légères fluctuations dans leurs volumes malgré la pandémie.
Avec satisfaction "nous avons constaté une hausse des prix sur ces deux marchés clefs. C'est l'une des raisons pour lesquelles la marge opérationnelle est passée de 7,6% à 8,6% au cours des six premiers mois de cette année. Et la marge devrait poursuivre son
embellie durant le second semestre de l'année", table le directeur général. D'un point de vue géographique et corrigé des effets de change, le chiffre d'affaires a progressé en Allemagne (+3,5%) et en Suisse (+1,3%). L'Europe du Sud (-22%), par contre, et les pays du Benelux (-6, %) ont le plus souffert, tandis que l'Europe de l'Est (-0,6%) est pratiquement restée à l'équilibre.

La stratégie d'Arbonia consistant à délocaliser la production en Europe de l'Est et à accroître l'intégration verticale s'est avérée être la bonne, selon M. von Witzleben.
"Les avantages en termes de coûts de production en Pologne ne pourront être compensés ni en Allemagne, ni en Suisse". A titre d'exemple, le prix moyen de production par mètre carré pour les fenêtres en vinyle se situe à 6 euros en Pologne, 28 euros en
Allemagne et 48 francs en Suisse.

A 12h45 la nominative Arbonia dévissait de 4,2% à 11,78 francs dans un marché plutôt faible, l'indice SPI prenant 0,2%.(awp)






 
 

AGEFI



...