L’époque des barbares

mardi, 25.02.2020

Michel Santi*

Michel Santi

Les prêts accordés jusqu’en 2008 à Lehman Brothers semblaient garantis car – après tout – aucune institution financière américaine n’avait fait défaut depuis les années 1930. Prêter à la Grèce semblait tout aussi sûr car ce pays partageait – après tout – sa monnaie avec l’Allemagne. 

Traiter les hypothèques américaines de valeurs refuges et les affubler de la note maximale AAA, exactement comme les bons du Trésor, semblait une bonne affaire car – après tout – le marché immobilier américain n’avait subi aucun décrochage depuis la Grande Dépression. Les ménages étaient donc priés de s’endetter car le prix de la pierre aux Etats-Unis ne pouvait se déprécier. Les banques pouvaient donc à loisir titriser ces dettes qui ne feraient jamais défaut. Et les Etats étaient sommés de déréguler car les récessions étaient – n’est-ce pas? – une relique appartenant au passé.

Les déboires, américains et européens, qui suivirent ne furent pas provoqués par la négation du risque mais plutôt par la conviction et l’intuition, évidemment fausses, que celui-ci était désormais sous contrôle. Jusqu’à ce qu’un incident en général insignifiant, qu’une simple étincelle, qu’un virus dans des contrées lointaines, pèse sur les valorisations, provoque l’avalanche, nous fasse prendre conscience que notre quantification du risque était biaisée, que nous l’avions fort mal calculé.

La grande fragilité à venir fait simplement écho à la période de relative accalmie que nous connaissons depuis environ cinq ans car les tourmentes économiques suivent fatalement les épisodes de prospérité. La stabilité est donc trompeuse: elle est déstabilisante, et c’est Minsky bien-sûr que le théorisait magistralement. L’histoire financière nous démontre que les prises de risque ne disparaissent jamais mais ne font que prendre d’autres formes qui nous font baisser la garde, qui nous rendent en somme tellement vulnérables, et c’est précisément ce qui est en train d’arriver. Les barbares sont-ils là? Absolument, et ils l’ont toujours été, ces instincts qui nous perdent et ces comportements qui nous détruisent.

* www.gestionsuisse.com - www.artradingfinance.com






 
 

AGEFI



...