Coronavirus: le e-commerce tire son épingle du jeu

lundi, 09.03.2020

L'épidémie du coronavirus a porté les ventes d'acteurs du commerce en ligne, notamment dans le domaine de la santé.

Les commandes de médicaments soumis à ordonnance ont "nettement" progressé. (Keystone)

A l'heure où les gouvernements mettent en garde contre les conséquences du coronavirus sur la croissance économique, il semble que certains secteurs parviennent à tirer leur épingle du jeu. En Suisse, l'épidémie a ainsi porté les ventes d'acteurs du commerce en ligne.

Plus que tous les autres, c'est le secteur de la santé qui en profite. La pharmacie en ligne Zur Rose a enregistré depuis le début de l'épidémie "une solide hausse de la demande pour les médicaments et produits de santé", a indiqué à AWP la porte-parole Pascale Ineichen.

Les commandes de médicaments soumis à ordonnance ont "nettement" progressé. Zur Rose a constaté en particulier que les personnes souffrant de maladies chroniques et sous traitement au long cours se sont assurées d'avoir des réserves suffisamment importantes de leurs médicaments.

La porte-parole rappelle que les médicaments non soumis à ordonnance, par exemple les traitements anti-grippaux ou les anti-douleurs, ne peuvent être commandés en ligne qu'avec la recommandation d'un médecin.

"Pour les malades comme pour les proches qui s'en occupent, ce serait plus simple, surtout dans un contexte de pandémie, de fournir les personnes concernées directement chez elles, facilement et sans danger", a relevé la porte-parole, pour qui cette interdiction est dépassée.

Concernant les produits de santé en vente libre, telle que les désinfectants, les masques ou les compléments alimentaires, la demande est en forte croissance depuis février. "Dans l'ensemble, nous constatons que depuis la propagation du virus les patients préfèrent utiliser la vente en ligne pour commander leurs médicaments et produits de santé sans sortir de chez eux", a-t-elle résumé.

Digitec Galaxus progresse

Les pharmacies ne sont pas les seules à profiter de l'épidémie du coronavirus. Des plateformes plus généralistes, comme Digitec Galaxus, ont ressenti des effets positifs. "Les ventes ont dépassé nos attentes en janvier et surtout en février", a indiqué Alex Hämmerli, porte-parole des deux plateformes détenues majoritairement par Migros.

En période d'épidémie, les consommateurs sont-ils plus réticents à sortir et préfèrent-ils acheter en ligne? Difficile de le dire avec certitude. "On peut penser que l'épidémie de coronavirus y est pour quelque chose", a estimé le porte-parole.

"Les masques de protection, les désinfectants et les thermomètres médicaux sont actuellement très demandés" a-t-il ajouté.

Dans les supermarchés, il ne semble pas y avoir eu de baisse de fréquentation. Chez Migros, on ne constate pas d'influence du coronavirus sur le comportement des clients. "Nous ne remarquons pas de remplacement au profit du commerce en ligne. Les ventes sur un assortiment spécifique de produits de consommation courante s'inscrivent en hausse sur les deux canaux", a relevé Tristan Cerf, porte-parole de la coopérative.

L'épidémie semble en tout cas favorable aux affaires. "Le coronavirus a intensifié les achats, sans changer les proportions entre ceux qui achètent online et ceux qui préfèrent toujours le stationnaire", a-t-il poursuivi. La rançon de ce succès: "la hausse des ventes a saturé les capacités de livraison du partenaire de Le Shop.ch (en l'occurrence La Poste) ce qui a pu générer des délais de livraison plus longs".(awp)

 

 






 
 

AGEFI



...