Pensée multi-arborescente complexe

vendredi, 29.03.2019

Léonard de Vinci n’était ni logique, ni intellectuel. L’imagination n’est comme Léonard de Vinci, ni logique, ni intellectuelle.

Pécub

Il est paradoxal de constater que la plupart des discours sur le Vinci sont des discours de lettrés. Le discours de la méthode de René Descartes, juin 1637, aura cruellement et définitivement remplacé l’imagination par la science.

Le discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences nous aura amené à l’impasse académique. La philosophie cartésienne nous impose à user de la raison pour expliquer le ciel et la terre, la vie et l’univers. Nous avons perdu sur le chemin de l’éducation, l’imagination. La tyrannie de la science impose le linéaire, la certitude, le laminaire, le sérieux.

La nature n’a jamais fait dans la science. La nature aime l’équilibre, l’infinie diversité, la poésie et la beauté. La nature aime l’imagination. La science n’offre aucune solution à la quadrature du cercle, l’imagination oui. La nature ne nous parle pas avec des textes ou de belles paroles. La nature communique avec des images. Un champ de fleurs, une toile d’araignée, un coucher de soleil, un sourire.

La science et la raison ayant failli et empoisonné la planète de toutes les pollutions, le temps serait-il venu d’ouvrir une porte ou une fenêtre à l’imagination ? Oui, si vous êtes Léonard de Vinci, folie si vous êtes cartésien.

À problème, le cartésien fait des calculs, de la géométrie, de la recherche académique, de la science et de la politique. À ce même problème l’enfant Léonard de Vinci ira regarder dans la nature, s’émerveillera de ce qui se ressemble. Faire des ponts entre les observations, lancer des boules de questionnement dans toutes les directions, rebondir partout en même temps sans jugement, dessiner toutes les idées, sans pause, avec plaisir et obstination.

Le combat n’est pas entre Sun Tsu et Machiavel. Le combat de la pensée qui sauvera le monde est entre le laminaire linéaire rationnel, et le multi-arborescent complexe émotionnel.

Entre Descartes et Léonard de Vinci






 
 

AGEFI



...