Supply chain mental

jeudi, 17.01.2019

Léonard de Vinci c’est l’enfant qui est en chacun de nous. L’imagination prime sur la consommation.

Pécub

Rien ne se précise, tout se complique. Les mécaniques de l’intelligence humaine vont fonctionner encore pour longtemps dans le vaseux. Comment parler d’un sujet dont on ne sait rien. Un simple tube digestif cultive et traite plus d’informations que tous les datacenters numériques réunis.  

Les quatre principes de Léonard de Vinci, loin de toute vanité scientifique, nous ouvrent les yeux sur une pertinente et légitime méthode d’investigation. Découvrir, comparer, transformer, voir plus loin.

Nous n’aurons, encore pour longtemps, pas à disposition les informations nécessaires à comprendre la logique du « Bodybrain ». Parce que le Vinci l’avait compris, tout est connecté. Et le management cérébral ne se suffit pas d’une plomberie neuronale enfermée dans un crâne osseux. L’humilité du trou de nez nous en apprends plus que les discours académiques sur le rhume de cerveau.

L’enfant ignorant a une vie d’avance sur l’adulte conditionné qu’il deviendra. Il n’a pas peur de l’inconnu, au contraire l’inconnu le stimule. Comment faire quand on ne sait pas? On casse le jouet et on regarde ce qu’il y a dedans. Un cœur, des poumons, une horloge biologique, des enzymes, des protéines, des cellules de différents types, de la matière gliale, de la lumière, des dysfonctionnements, des vitamines, des organes discrets, des prises de décisions spontanées, une gestion coordonnée des fluides, le traitement biologique des eaux, le respect des déchets, le miracle des résultats, le plaisir de vivre, de respirer et de penser.

Léonard de Vinci c’est l’enfant qui est en chacun de nous. L’imagination prime sur la consommation.

De quoi ais-je besoin pour rêver, inventer, me sentir bien, m’informer sur rien et sur tout, réussir une existence pacifique, partager l’amour et les succès ? D’un avion, d’une fusée, de costumes en soie sur mesure, d’un salaire le plus élevé possible, de trois voitures, de diplômes et certificats plein les murs, de l’admiration des collègues, de vacances aux Bahamas, d’une loge à l’Opéra, d’une table à Crissier, d’un million au poignet qui donne l’heure?

L’enfant a tout à portée de crayon. On commence dans la tête, et puis on le met sur papier. L’enfant est en perpétuelle gestion de projet. Pour obtenir ça, j’ai besoin de qui, de quoi? Léonard questionne le Verrocchio, pour réussir cela, on fait comment?

Acquisition, planification, pilotage, logistique, production, contrôle des opérations, performance, veille concurrentielle, marketing, publicité, vente, réseaux commerciaux, retour sur investissement, négocier avec les fournisseurs, politique salariale, rapport aux actionnaires, jalousie des milieux socio-économiques, dix séances chez le psy, stop! Ce n’est pas ça que je veux.

L’enfant à l’adulte, je vois que tu ne comprends pas, alors je t’ai fait un dessin. Regarde, c’est pour toi, et cela ne coûte rien. Simple comme un croquis de Léonard de Vinci, la Supply Chain du Bonheur.

Chaque semaine dans l'Agefi, retrouvez la rubrique "dans la tête de Léonard de Vinci", par Pécub.






 
 

AGEFI



...