Symbios investit 50 millions pour une nouvelle usine à l’Y-Parc

jeudi, 17.09.2020

L’entreprise yverdonnoise Symbios, spécialisée dans les prothèses de la hanche, annonce la construction d'une nouvelle fabrique. Grâce à ce bâtiment, les emplois devraient doubler d’ici cinq ans, passant de 150 à 300.

SM

La future usine doit permettre de doubler l'effectif et le chiffre d'affaires de Symbios. Elle coûtera 50 millions de francs.

Symbios continue son expansion sur le site d’Y-Parc, à Yverdon-les-Bains avec la construction d’une nouvelle usine de 12.000 m2. Fondée en 1989, la société est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de systèmes d’implants de hanche et de genou. Pour financer cette expansion, ce leader en orthopédie bénéficiera de plus de 50 millions de francs, octroyés pas Mario Di Pietrantonio représentant d’un groupe d’investisseurs.

«L’envie de rester sur Y-Parc vient du fait qu’on s’y sente bien. Le parc est en plein essor et on y voit un réel développement des services proposés», explique Florent Plé, directeur, dans un communiqué diffusé ce jeudi. L’entreprise y est installée depuis 2007.

La construction démarrera en septembre pour se terminer à la fin de l’année 2021. L’entrée en fonction n’est pas prévue avant 2022. Ce nouveau bâtiment, «à la pointe de la technologie», deviendra le siège social de l’entreprise. Les 150 personnes qui composent l’équipe actuelle y seront transférées en fin d’années 2022, en parallèle de l’activité de production. Symbios prévoit de doubler cet effectif d’ici cinq ans. Ce nouveau siège devrait aussi lui permettre de doubler son chiffre d’affaires, à la même échéance, en renforçant son marché historique en Europe et surtout en développant sa présence sur les marchés Asie-Pacifique

La nouvelle réjouit le syndic d’Yverdon, également président du conseil d’administration d’Y-Parc, Jean-Daniel Carrard. «La société est bien implantée dans le Nord vaudois: ses actuels projets de développement confirment l’attractivité du site mais aussi de toute la région», commente-t-il. La directrice du technopole, Juliana Pantet, se targue, quant à elle, de la «grande flexibilité offerte à nos résidents» grâce au plus de 50 hectares de l’Y-Parc, le plus grand parc technologique de Suisse.






 
 

AGEFI



...