Hochdorf réduit ses attentes de bénéfice semestriel

lundi, 13.05.2019

L'entreprise lucernoise Hochdorf a identifié des défis plus importants qu'admis initialement dans le cadre de l'intégration des sociétés acquises ces dernières années.

L'entreprise lucernoise a connu d'importants changements au niveau de son conseil d'administration. (Keystone)

Hochdorf table sur un bénéfice semestriel nettement inférieur cette année par rapport aux six premiers mois de l'an dernier. Le conseil d'administration du transformateur lucernois de produits laitiers en crise explique lundi avoir identifiés des défis plus importants qu'admis initialement dans le cadre de l'intégration des sociétés acquises ces dernières années.

Dans le bref communiqué diffusé lundi, Hochdorf relève que les ventes se sont jusqu'à présent révélées satisfaisantes. Hochdorf, qui n'avait pas détaillé ses objectifs pour l'exercice en cours lors de la présentation de ses résultats annuels, ne fournit toujours pas de chiffre.

L'entreprise lucernoise a connu d'importants changements au niveau de son conseil d'administration, les candidats des actionnaires mécontents s'étant imposés lors de l'assemblée générale du 12 avril. Le président Daniel Sauter a été débarqué et les actionnaires ont élu Bernard Merki à sa place.

Au moment de la composition du conseil d'administration, l'actionnaire ZMP Invest, société d'investissement de l'association des producteurs de lait de Suisse centrale (ZMP), est parvenu à faire élire ses trois candidats Jörg Riboni, Markus Bühlmann et Bernard Merki. Celui du groupe d'actionnaires Weiss/Maurer, Markus Kalberer, a lui aussi été élu.

Performance en net repli en 2018

En 2018, le chiffre d'affaires et le bénéfice de Hochdorf ont nettement reculé. Le fabricant de lait en poudre et d'aliments pour bébé a ainsi vu son résultat net plonger à 8,7 millions de francs, contre 41 millions en 2017. Les revenus ont eux fondu de 6,6% à 561 millions, reflet de l'aggravation des difficultés dans le domaine des produits laitiers (ventes en baisse de 12,5%), des retards de production et un élément exceptionnel lié à la vente de Baltic Milk UAB.

Le groupe avait alors fait part de son intention de vendre ou assainir les secteurs non profitables. L'entreprise qui avait affirmé sa volonté d'indépendance, avait indiqué examiner toutes les options pour sa filiale allemande Uckermärker Milch. Cette entité avait abandonné certaines de ses activités, celles liées au fromage frais, il y a un an et demi.

Hochdorf a publié deux avertissements sur résultats et chiffre d'affaires en 2018. La base de comparaison était relativement élevée, 2017 ayant représenté un exercice record. Le groupe était endetté fin 2018 à hauteur de 141 millions de francs, alors qu'il était exempt de dettes douze mois plus tôt.

La ZMI détient 14,5% et représente l'actionnaire de référence du groupe via sa société ZMP Invest. L'entreprise est de son côté le deuxième plus gros acheteur du lait des producteurs regroupés au sein de l'association, le premier étant Emmi. (awp)






 
 

AGEFI



...