L’entreprise, formidable lieu d’épanouissement des talents

dimanche, 25.11.2018

Christophe Clavé *

L’entreprise a souvent été décrite comme un lieu d’aliénation. Cela a pu être le cas, et sans aucun doute l’est-ce encore à certains endroits. Néanmoins l’inverse est également vrai. L’entreprise peut-être un formidable creuset d’apprentissages, de découverte du monde, et d’épanouissement des talents.

L’entreprise de jadis se caractérisait par la hiérarchie, son organisation rigide, ses règles, ses processus, la stricte séparation des rôles, et l’opposition entre décideurs et exécutants.

Il ne s’agit pas ici de prétendre que ce modèle d’entreprise n’existe plus. Mais un nouveau modèle se développe rapidement et remplace progressivement l’entreprise d’autrefois, dont les activités à moindre valeur-ajoutée seront un jour remplacées par des robots.

L’entreprise réinventée est organisée autour d’équipes jouissant d’une large autonomie, favorisant l’apprentissage de ses membres tout au long de leur vie, alliant accès illimité à l’information et facilités de voyager dans le monde entier.

Un formidable champ de découverte du monde

Grâce au globish (global English) l’humanité peut se parler directement. Dans la Bible il est dit qu’après le déluge, il ne resta qu’un groupe d’hommes qui parlaient la même langue. Forts de cette capacité à s’entendre et collaborer, ils construisirent la tour de Babel qui devait toucher les cieux. Le globish et internet sont peut-être notre nouvelle tour de Babel.

Cette entreprise réinventée offre à ceux de ses membres qui voudront et sauront en saisir toutes les opportunités, un formidable champ de découverte du monde, de rencontres, de confrontations à d’autres cultures, d’apprentissages, d’épanouissement.

Quels que soient son niveau, sa qualification, sa fonction, son rôle, les possibilités de travailler avec les autres n’ont jamais été aussi ouvertes.

J’ai mille exemples en têtes. Des ouvriers qualifiés envoyés en mission en Chine pour former la main d’œuvre locale, qui à leur retour, riches d’une formidable expérience deviennent chefs de projets. A ces jeunes ingénieurs travaillant dans des équipes composées de multiples nationalités et dont le projet repose sur leurs capacités à combiner leurs apports différents pour créer un produit ou un service qu’aucun d’entre eux n’aurait pu créer seul. En passant par ces professionnels de l’immobilier, membre d’un réseau international, oubliant pour un moment leurs ancrages locaux pour bâtir ensemble une entreprise mondiale. Pour chacun l’entreprise peut devenir ce lieu d’ouverture, d’échange, de compréhension du monde. Pour chacun cette collaboration avec d’autres cultures peut-être une source inépuisable de progrès.

Les voies

de l’apprentisage

Par quels mécanismes cette confrontation à d’autres cultures ouvre t’elle ainsi les voies de l’apprentissage?

S’ouvrir à d’autres cultures, volontairement, consciemment, permet un décentrage cognitif qui nous fait comprendre que notre vision du monde est cadrée, contextualisée, et qu’il existe mille autres façons de comprendre le monde, de croire, de vivre et d’aimer.

Cela ne signifie pas qu’il faille jeter aux orties nos croyances et nos valeurs. Bien au contraire.

Entendre comment d’autres hommes pensent permet de créer une distance avec ses propres croyances, pour choisir d’en relativiser certaines, et d’en renforcer d’autres.

Il s’agit avant tout d’exercer sa liberté sur son être propre. C’est également ce qu’apporte, en entreprise agile, le travail en groupe, dans des séances itératives quasi-quotidiennes, où à force d’écouter l’autre, on apprend la richesse de la collaboration et in fine, à mieux se connaître soi-même.

J’affirme avec Nietzsche que ce n’est pas le doute, mais la certitude qui rend fou.

*Président EGMA






 
 

AGEFI



...