La Chine et la joaillerie permettent à Richemont de limiter la casse

vendredi, 06.11.2020

L’entreprise de luxe genevoise Richemont a vu le repli des ventes s'atténuer au deuxième trimestre.

Le siège de Richemont, à Bellevue, près de Genève. Le groupe détient des marques comme Cartier ou Vacheron Constantin. (Keystone)

Le numéro deux mondial de l'industrie du luxe a enregistré une nette baisse de ses résultats au premier semestre de son exercice décalé. Mais la situation de Richemont s'est fortement améliorée au deuxième trimestre, grâce à la Chine et la joaillerie, dépassant ainsi les attentes des analystes.

D'avril à septembre, les ventes du groupe ont chuté de 26% à 5,5 milliards d'euros, ce qui représente une baisse de 25% hors effets de change. Au seul deuxième trimestre, le repli est de 5% et de 2% hors effets de change, après une diminution de 47% au premier partiel, relève vendredi le communiqué.
Au niveau de la rentabilité, le bénéfice net a dévissé de 82% à 159 millions d'euros tandis que le résultat d'exploitation a chuté de 61% à 452 millions. La marge afférente est de 8,3% après 15,7% il y a un an.

La copie rendue est nettement supérieure au consensus des analystes. Ces derniers anticipaient un bénéfice de 5 millions, un Ebit de 69 millions et des recettes de 5,1 milliards. La direction de Richemont n'a pas énoncé d'objectifs financiers pour le reste de l'année. (AWP)

Lire aussi: Richemont: l’avantage du vrai luxe et un commerce en ligne efficace






 
 

AGEFI



...