Bell continue à investir dans la viande de laboratoire

jeudi, 09.07.2020

L’entreprise agroalimentaire bâloise va injecter plus de 5 millions pour développer de nouvelles alternatives à la production in vivo.

Bell avait dévoilé en 2013 son premier Burger cultivé en laboratoire. (Keystone)

Le charcutier et traiteur industriel Bell a injecté 5 millions d'euros (5,3 millions de francs) supplémentaires dans la start-up néerlandaise Mosa Meat, spécialisée dans la viande de laboratoire.

La ronde de financement effectuée par Mosa Meat permettra à cette dernière de construire un site de production et de poursuivre le développement de cette technologie, a précisé le groupe bâlois jeudi dans un communiqué. La société de Maastricht espère par la suite lancer la production en 2022.

Consommation en hausse

En 2018, Bell avait déjà investi 2 millions d'euros dans Mosa Meat afin de soutenir la recherche et le développement de l'entreprise, qui avait dévoilé en 2013 son premier Burger cultivé en laboratoire.

Suite à ces levées de fond, Mosa Meat espère démarrer l'année prochaine une phase de test de la production suivie en 2022 du démarrage de la production industrielle. En 2025, Mosa Meat espère passer à la production à grande échelle.

La consommation mondiale de viande doit croître de 3% par an d'ici 2030 et la viande de laboratoire pourrait bien d'ici là prendre une part de marché de 10%, selon des études relayées par Bell.






 
 

AGEFI



...