L'embellie se poursuit au troisième trimestre pour l'industrie suisse

jeudi, 02.08.2018

La croissance dynamique de l'industrie suisse des mois précédents, soutenue notamment par une solide demande en Europe, s'est poursuivie au début du troisième trimestre. L'indice PMI a dépassé la barre des 60 points.

Le baromètre a été porté par le niveau élevé de la production.(keystone)

L'industrie suisse continuait de bénéficier d'une conjoncture favorable en juillet. Selon le sondage des directeurs d'achats (PMI) de Credit Suisse et l'association Procure.ch, la croissance dynamique des mois précédents, soutenue notamment par une solide demande en Europe, s'est poursuivie au début du 3e trimestre.

Au regard de juin, l'indice PMI a progressé de 0,3 point pour s'établir à 61,9 points, demeurant ainsi au dessus de la barre des 60 points, niveau qui n'est franchi qu'en période de croissance, ressort-il du sondage publié jeudi. En variation annuelle, l'indicateur a gagné 1,6 point. Ce dernier s'est situé dans le haut de la fourchette des attentes des analystes sondés par AWP, lesquels tablaient sur des valeurs entre 60 et 62,3 points.

Le baromètre a été porté par le niveau élevé de la production, laquelle a poursuivi sa croissance pour un 2e mois consécutif, à 61,8 points. Solide, cette dynamique devrait se prolonger au cours des prochains mois, comme le laisse augurer l'indicateur des carnets de commandes. Celui-ci a gagné 2,1 points à 61,9 points, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis février dernier.

Ces évolutions ont aussi bénéficié à l'emploi. L'indicateur correspondant, même s'il s'est pour la première fois depuis février inscrit en dessous des 60 points, à 59,5 points, est resté nettement au-dessus du seuil de croissance fixé à 50 points.

La Société des employés de commerce réclame des hausses de salaires

L'économie suisse poursuit sa reprise et les employés doivent aussi en profiter, estime la Société des employés de commerce. Elle revendique donc pour 2019 des hausses de salaires de 1 à 2%.

Pour l'année à venir, des augmentations de minimum 1% et jusqu'à 2% dans certains cas se justifient dans toutes les branches, écrit jeudi la Société des employés de commerce. Et de relever que la Confédération prévoit une croissance du PIB de 2,4% pour 2018.

De plus, les prix à la consommation repartent vers le haut. Etant donné que les salaires nominaux n'ont pratiquement pas bougé ces dernières années, une augmentation s'impose pour préserver le pouvoir d'achat, fait valoir l'organisation.

La Société des employés de commerce reconnaît que tous les secteurs n'ont pas connu le même développement. C'est pourquoi elle a formulé des revendications différenciées par branche. La plus forte augmentation est exigée dans le domaine pharmaceutique (2%); la plus faible dans le trafic aérien (1%-1,5%), le commerce de détail et de gros (1%-1,5%).(awp)






 
 

AGEFI




...