Légère progression du chiffre d'affaires pour Hug en 2018

mercredi, 23.01.2019

Le chiffre d'affaires du groupe lucernois Hug s'est élevé à 118,8 millions de francs, en hausse de 1,8% sur un an.

"Nous voulons poursuivre notre progression grâce à nos innovations, à l'avenir", explique Andreas Hug, directeur général de groupe lucernois. (Keystone)

Le pâtissier-confiseur industriel Hug a généré en 2018 un brin de croissance dans un marché suisse plutôt stagnant. Quelques nouveautés ont vu le jour aussi bien pour le grand public que pour les clients professionnels. Le groupe lucernois va par ailleurs concentrer à terme sa production sur un seul site et s'est emparé d'un fabricant de bricelets.

L'année dernière, le chiffre d'affaires s'est élevé à 118,8 millions de francs, en hausse de 1,8% sur un an, indique mercredi la société basée à Malters. Le volume de production a augmenté de 112 tonnes (+1,2%), à 9534 tonnes. A fin décembre, Hug employait 370 équivalents temps plein, 26 de plus que douze mois auparavant.

"Tandis que la consommation de produits de boulangerie stagne, en Suisse, et que l'ensemble de la production suisse diminue, nous voulons poursuivre notre progression grâce à nos innovations, à l'avenir", explique Andreas Hug, directeur général, cité dans le communiqué.

A l'adresse du grand public, le pâtissier-confiseur lucernois a lancé une nouvelle ligne de petits beurres au chocolat "Ruby", de couleur rouge, développé par son partenaire Barry Callebaut. Cette nouveauté sera présentée lors d'un salon spécialisé qui se tiendra à la fin du mois à Cologne.

L'assortiment a également été étoffé afin de mieux répondre à la demande croissante de pâtisseries surgelées auprès des clients professionnels. Cela concerne les petits pains, les viennoiseries ou les snacks pour l'apéritif. "Pour nous, les importations croissantes de produits de boulangerie, notamment surgelés, constituent un défi", souligne M. Hug.

Matières premières plus chères

La patron de la firme lucernoise entend néanmoins "promouvoir la place économique suisse", en mettant l'accent sur les produits helvétiques malgré les coûts induits. "En Suisse, nous achetons des matières premières deux fois plus chères par rapport à nos concurrents à l'étranger."

La législation dite Swissness, qui définit les critères pour qu'un produit puisse revendiquer une provenance suisse, ainsi que le récent renforcement douanier frappant le sucre constituent des obstacles pour Hug.

Lancée en novembre 2018, la construction d'une boulangerie industrielle à Malters est présentée comme la preuve de l'engagement du groupe en Suisse. D'ici 2021, les sites de production Hug à Malters et Wernli à Trimbach, dans le canton de soleure, fusionneront au siège lucernois de l'entreprise.

En début d'année, Hug s'est emparé du zurichois Heidegger Huppe, actif dans les bricelets et autres spécialités roulées. La production restera sur le site actuel de Fahrweid "dans un premier temps". L'intégration sera terminée en cours d'année.

Créée en 1877 à Lucerne, la société Hug détient les marques Hug, Wernli et Dar-Vida. Elle est dirigée aujourd'hui par la quatrième génération de la famille fondatrice. (ats)






 
 

AGEFI



...