Alors que se profile le deconfinement en Europe, l'euro progresse un peu face au dollar

lundi, 27.04.2020

Légère hausse de la devise européenne, ce lundi, face au dollar. Le marché retrouve de l'appétit pour le risque tandis que le déconfinement en Europe est entamé.

L'euro est en légère hausse, en ce début de semaine (Keystone).

Vers 11h10, heure suisse, l’euro gagnait 0,17% face au billet vert, à 1,0842 dollar. «Tout le monde est en train de débattre des stratégies pour sortir du confinement et, par conséquent, nous nous trouvons dans un environnement favorable au risque», a expliqué Ulrich Leuchtmann, analyste pour Commerzbank, pour justifier la légère hausse de la devise européenne.

Réouverture des commerces en Suisse et enfants espagnols de nouveau autorisés à sortir dans la rue: les Européens peaufinent leurs plans de sortie du confinement tandis que la pandémie, qui a fait plus de 200.000 morts sur près de trois millions de contaminés dans le monde, marque enfin le pas dans les quatre pays européens les plus touchés. Lundi, les investisseurs digéraient aussi les dernières mesures annoncées par la Banque du Japon (BoJ).

L'institution monétaire japonaise ne va ainsi plus se fixer de limite pour ses rachats d'obligations publiques. Elle a aussi nettement étendu son plafond annuel pour ses rachats de titres de dette d'entreprises à court et long terme, et assoupli ses conditions de prêts aux entreprises via un dispositif mis en place le mois dernier.

«Cependant, la paire dollar-yen a échoué à prendre un élan significatif après le nouveau bazooka de la BoJ», a souligné Naeem Aslam, analyste pour Avatrade. En théorie, plus une politique monétaire est accommodante, plus cela pèse sur la devise concernée. Pour Ulrich Leuchtmann, la solidité du yen, qui évoluait en légère hausse face à l'euro et au dollar, s'explique justement par le fait que les mesures annoncées ne constituent pas réellement «un bazooka monétaire», au vu de la politique déjà ultra-accommodante de l'institution. Selon lui, la BoJ est presque allée au maximum de ce qu'elle pouvait faire et elle «ne détient plus aucune puissance de feu macro-économique». (AWP/ATS)






 
 

AGEFI



...