Provins part à l’assaut de la Suisse alémanique et des nouvelles technologies

Jeudi, 19 juillet 2018 // Maude Bonvin

Le premier producteur de vin en Suisse a testé avec succès la livraison de bouteilles par drones.

«Notre clientèle est helvétique à 98%. Mais pour briller en Suisse, il faut aussi briller à l’étranger», déclare Raphaël Garcia, directeur général de la société coopérative viticole composée de 3200 sociétaires. Hors de nos frontières, l’entreprise cible différents marchés de niche comme par exemple Londres, grande...

Les tensions mondiales n'assombrissent pas le tableau économique vaudois

Jeudi, 19 juillet 2018

Les perspectives de croissance de l'économie vaudoise restent inchangées pour l'heure malgré les tensions apparues au niveau mondial. Le PIB cantonal devrait progresser de 2,5% cette année et de 1,9% en 2019.

L’augmentation pour l’économie mondiale des risques liés aux tensions commerciales ou à la hausse du prix du pétrole n’assombrit pas pour l’heure les perspectives conjoncturelles pour le canton de Vaud.

Les dernières prévisions de croissance sont inchangées par rapport aux précédentes, publiées en avril et...

UBP enregistre une progression tous azimuts au premier semestre

Jeudi, 19 juillet 2018

UBP a vu ses résultats augmenter tous azimuts au premier semestre, profitant notamment d'importants afflux de liquidités, a annoncé jeudi le groupe bancaire genevois. Ce dernier n'a pas formulé d'objectif pour l'ensemble de l'année.

D'importants afflux de liquidités de clients privés et institutionnels ont profité à UBP, qui a vu ses résultats augmenter tous azimuts. Les afflux d'argent frais ont atteint 2,7 milliards de francs entre janvier et juin, faisant gonfler les avoirs sous gestion à 128,4 milliards, en hausse de près de 8% sur un an. Les...

L'eau-de-vie de bérudge aura peut-être une AOP d'ici 2023

jeudi, 12.07.2018

L'eau-de-vie de bérudge, une prune cultivée dans la région des Trois-Lacs et de la Broye, disposera peut-être d'une appellation d'origine protégée (AOP) d'ici à 2023. Une association a été créée dans ce but par des producteurs et distillateurs.

L'AOP ferait monter le prix de l'eau-de-vie de bérudge.(keystone)

"Notre objectif principal est d'augmenter la valeur ajoutée au prix de vente du fruit, la hausse pouvant être de l'ordre de 15% à 30%", a déclaré André Gerber, président de l'association dans une interview à Arcinfo publiée jeudi en ligne.

La damassine, dont l'eau-de-vie est certifiée AOP, coûte environ 1,50 franc le kilo, contre 85 centimes pour la bérudge.

"Avec l'AOP, et donc avec un prix plus élevé, la quantité de bérudges produites repartirait à la hausse, alors qu'elle est en baisse depuis quelques années", observe le distillateur de Cornaux (NE). "L'AOP, en raison des critères à respecter, est un gage de qualité, de savoir-faire, d'authenticité ou encore de protection du produit", ajoute-t-il.

Cette démarche prend du temps, car la demande d'enregistrement adressée à l'Office fédéral de l'agriculture doit satisfaire de très nombreux critères. Il s'agit de dresser, de manière scientifique, les caractéristiques de l'eau-de-vie de bérudge, tant du point de vue sensoriel que sur le plan génétique.

"Nous devons également déterminer l'aire de production de la bérudge, autrement dit dresser la liste des communes où on en trouve, ne serait-ce que pour un seul arbre. C'est la démarche la plus longue, car il est vite fait de rater une commune. Dans le canton de Neuchâtel, ce n'est pas trop compliqué, puisqu'on trouve de la bérudge partout. C'est beaucoup moins évident dans les cantons de Fribourg, Vaud et dans le Jura bernois", conclut André Gerber.(ats)






 
 

AGEFI


 

 



...