Lastminute accusé de pratiques commerciales illicites en France

lundi, 27.01.2020

Le voyagiste en ligne Lastminute est accusé de vendre illicitement et à l'insu de ses clients des assurances onéreuses.

Lastminute fait partie de la holding tessinoise Lm Group. (Keystone)

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé lundi avoir attaqué devant le tribunal le voyagiste en ligne Lastminute - qui fait partie de la holding tessinoise Lm Group - accusé de vendre illicitement et à l'insu de ses clients des assurances onéreuses.

"L'association a saisi le tribunal judiciaire de Paris pour que cette pratique qui rapporte plusieurs millions d'euros par an à Lastminute cesse, soit jugée agressive et trompeuse et que l'opérateur soit sanctionné", indique l'association dans un communiqué.

"Depuis quelques mois, alors que les consommateurs ne choisissent pas initialement d'assurance, le voyagiste fait apparaître, après la validation du moyen de paiement, une fenêtre pop-up qui détourne l'attention des consommateurs et leur fait souscrire l'assurance la plus chère sans s'en rendre compte", assure encore Que Choisir qui "dénonce ce piège marketing simple mais terriblement efficace".

Début novembre, le quotidien britannique The Times a calculé que ce procédé pourrait permettre de dégager six millions de livres de recettes supplémentaires si un quart des clients de Lastminute, qui vend plus d'un million de vols et de séjours par an au Royaume-Uni, souscrivait, volontairement ou non aux assurances proposées.

"L'association recommande aux consommateurs la plus grande vigilance face au professionnel qui se présente comme le 'leader dans l'industrie du voyage en ligne et des loisirs'", prévient l'UFC-Que Choisir.

Sollicité par l'AFP lundi matin pour une réaction, Lastminute n'a pas répondu dans l'immédiat. (awp)






 
 

AGEFI




...