Victoire d'étape pour le futur tram qui reliera Renens à Lausanne

jeudi, 08.02.2018

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a rejeté les recours contre le permis de construire de la première étape du tram entre le Flon et Renens, ainsi que l’épine dorsale des BHNS au centre de Lausanne, délivré par l’Office fédéral des transports en mars 2016.

Visualisation du tram à son terminus lausannois de la place de l'Europe.DR

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a rejeté les recours contre la construction du tram entre le Flon et Renens, ainsi que l’épine dorsale des BHNS au centre de Lausanne. Une décision saluée par le Canton, les Municipalités de Lausanne, Prilly, Renens, Crissier, Bussigny et les transports publics lausannois.

Avec ce jugement, le TAF confirme sur le fond la pertinence des projets d’axes forts visant à améliorer la mobilité dans l’agglomération lausannoise. La décision d’approbation des plans de l’Office fédéral des transports sur ces nouvelles lignes entre ainsi en force, sous réserve de recours au Tribunal fédéral (TF).

Recours des transports lausannois

Le TAF confirme le projet dans son ensemble et reconnaît en particulier la nécessité de la liaison routière Vigie-Gonin parmi les mesures d’accompagnement.Il estime cependant que l’Office fédéral des transports n’avait pas la compétence formelle pour se prononcer sur la construction de la rampe.

Le Tribunal ne remet cependant pas en cause, sur le fond, le bien-fondé de cette liaison routière nécessaire pour garantir au trafic motorisé l’accès au centre-ville. Les transports publics lausannois, maître d’ouvrage du tram, vont recourir contre cette décision au Tribunal fédéral.

Plusieurs députés, notamment dans le camp rose-vert, avaient contesté en 2016 la réalisation de cette rampe, causant la disparition d'espaces verts au profit de la voiture. Les verts avaient déposé une demande d'alternative au conseil communal de Lausanne, rejetée.

La Conseillère d’Etat Nuria Gorrite regrette cette complication procédurale, alors que tous les recours contestant le tram ou les BHNS sont rejetés par le TAF sur le fond.

«Affirmer que l’Office fédéral des transports n’aurait pas la compétence de se prononcer sur tous les aspects d’un dossier représente un précédent inquiétant au niveau suisse. Tous les grands chantiers permettant d’améliorer les transports publics impliquent forcément des mesures d’accompagnement. Il n’est tout simplement pas possible de poser des rails sans se préoccuper des aménagements complémentaires et des mesures permettant de limiter les nuisances.»

Le Canton, les communes et les transports publics lausannois attendront donc la décision du TF. Ils espèrent que cet aléa de procédure aléa de procédure ne remettra pas en cause la mise en service planifiée du tram en 2023. 

Toutes les six minutes

Le tramway, grâce à des passages toutes les 6 minutes tout au long de la journée, permettra d’embarquer 11,5 millions de passagers chaque année, offrant un accès facilité aux activités et aux quartiers qui se développent entre le coeur de Lausanne et la gare de Renens. La liaison  Renens-Gare/Lausanne-Flon, s’effectuera en quinze minutes sur un parcours de 4.6km. Elle sera rapidement prolongée en direction de Bussigny et Villars-Ste-Croix.

Actuellement, 30’000 voyageurs empruntent chaque jour les lignes 17 et 18 sur les tronçons appelés à être remplacés par le tram.

Pour rappel, le projet de tram et de BHNS a été mis à l’enquête en 2012. Tous les crédits ont été adoptés très nettement, tant par le Grand Conseil en 2016, (287 millions de francs) où aucune opposition n’a été enregistrée, que par les Conseils communaux.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...