La Corée du Nord invitée non attendue du sommet de Pékin

dimanche, 14.05.2017

Le tir d'un missile nord-coréen a perturbé le premier sommet international sur les Nouvelles routes de la soie organisé par Pékin.

Xi Jinping et son homologue russe Vladimir Poutine ont exprimé leur préoccupation pour l'escalade des tensions.

La Chine a lancé en grande pompe dimanche son premier sommet international sur les Nouvelles routes de la soie, auquel participe Doris Leuthard; présidente de la Confédération, un rendez-vous perturbé par un nouveau tir de missile nord-coréen, en dépit des mises en garde de Pékin.

Le président chinois Xi Jinping a ouvert officiellement le sommet sur cette initiative visant à ressusciter l'antique route commerciale qui assurait les échanges entre l'Europe et l'Extrême-Orient. Une trentaine de dirigeants étrangers participent au sommet de Pékin, qui s'achève lundi.

Mais quelques heures avant le début du sommet, la Corée du Nord a tiré un missile balistique qui a parcouru environ 700 km avant de s'abimer en mer du Japon, a annoncé l'armée sud-coréenne.

"La Chine s'oppose aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité", a réagi le ministère chinois des Affaires étrangères, alors que Pékin n'a cessé de mettre Pyongyang en garde ces derniers mois contre de nouveaux essais de missiles ou de charges nucléaires.

Lors d'un tête-à-tête, Xi Jinping et son homologue russe Vladimir Poutine "ont exprimé leur préoccupation pour l'escalade des tensions", a fait savoir le porte-parole du Kremlin.

Depuis l'arrivée de Donald Trump fin janvier à la Maison Blanche, la tension est montée dans la péninsule coréenne, l'administration américaine avertissant que l'option militaire était "sur la table" pour contraindre le régime de Kim Jong-Un d'abandonner son programme nucléaire.

Washington compte sur Pékin pour convaincre son voisin. La Chine applique les sanctions internationales contre la Corée du Nord et a récemment annoncé la fin de ses achats de charbon à ce pays. Mais Pékin met en garde contre tout recours à la force et redoute le chaos à sa frontière que pourrait entraîner un conflit dans la Péninsule.

Le dossier coréen a pollué l'ouverture du sommet auquel participent des délégations américaine et nord-coréenne, en l'absence des principaux dirigeants occidentaux.


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...