La Banque d'Angleterre maintient sa politique monétaire

jeudi, 03.08.2017

Le taux d'intérêt est maintenu à 0,25% et la prévision de croissance a baissé.

La prévision de 2018 a également été revue à la baisse. (Pixabay)

La Banque d'Angleterre a annoncé jeudi avoir maintenu inchangée sa politique monétaire, avec un taux d'intérêt à 0,25%, tout en abaissant sa prévision de croissance à 1,7% pour 2017 au Royaume-Uni.

L'institution, qui prévoyait jusqu'à présent une croissance de 1,9% pour l'année en cours, estime que la croissance économique reste peu dynamique à court terme en raison de la baisse du pouvoir d'achat des ménages, du fait d'une inflation élevée.

La hausse du produit intérieur brut (PIB) a connu un net coup de frein au premier trimestre, à 0,2% par rapport au trimestre précédent. La croissance s'était très légèrement raffermie à 0,3% au deuxième trimestre.

La prévision pour 2018 a également été revue à la baisse à 1,6% contre 1,7% précédemment.

La Banque d'Angleterre mentionne également "les effets des incertitudes persistantes autour du Brexit", qui sont un frein à l'expansion de l'activité économique.

La BoE s'attend par ailleurs à ce que l'inflation atteigne 3% en octobre, sous l'effet de la baisse de la livre observée depuis le vote pour le Brexit en juin 2016 et qui a pour effet de renchérir le coût des biens importés.

La décision de maintenir les taux a été validée par six membres du comité de politique monétaire, deux s'étant prononcés pour un relèvement de 0,25 point de pourcentage, a précisé la BoE.

L'écart s'est agrandi entre les deux camps puisqu'il y a un mois le statu quo ne l'avait emporté que par 5 voix contre 3.

Il faut dire que le mandat de Kristin Forbes, qui s'était prononcée pour une hausse lors la réunion précédente, est arrivé à son terme. Sa successeur, Silvana Tenreyro, professeur à la London School of Economics, a voté pour le maintien des taux.

Ce changement dans la répartition des votes laissait penser aux marchés que l'hypothèse d'une hausse des taux prochaine devenait moins importante. En conséquence, la livre s'affaiblissait assez nettement sur le marché des changes peu après la décision de la BoE.


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...