Credit Suisse dans le viseur d'un syndicat tessinois

jeudi, 07.09.2017

Le syndicat tessinois OCST dénonce les conditions de travail auxquelles sont confrontés les collaborateurs du centre d'appel de Credit Suisse à Chiasso.

Le syndicat accuse l'entreprise d'avoir mis en place "une gestion du personnel basée sur la peur et le chantage". (Keystone)

Dans un communiqué, le syndicat tessinois OCST accuse l'entreprise d'avoir mis en place "une gestion du personnel basée sur la peur et le chantage".

L'organisation rappelle qu'en l'espace de deux ans et demi, une vingtaine d'employés actifs dans la vente de produits bancaires ont quitté "volontairement" leur poste ou ont été licenciés, soit un taux de rotation de 100%.

Interrogée jeudi à ce sujet par AWP, la banque aux deux voiles a fait savoir dans une prise de position écrite qu'elle ne s'exprimait pas sur les cas isolés, mais souligne que suite au regroupement à Chiasso des activités effectuées jusque là à Zurich, Berne et Lausanne, la charge de travail a connu "une augmentation considérable".

Citant des lettres et des rapports internes distribués par Credit Suisse à ses employés tessinois, l'OCST signale le cas de plusieurs collaborateurs invités à présenter leur démission "de manière spontanée", sous peine de voir s'envoler la possibilité d'un replacement à l'interne ou un certificat de travail positif.

Le syndicat dénonce également la fixation d'objectifs constamment relevés et de "périodes d'essai" pour des employés justifiant de plusieurs années d'ancienneté dans l'entreprise. Le communiqué fait état d'au moins deux cas dans lesquels des collaborateurs se sont vus "offrir la possibilité" de résilier leur contrat après avoir manqué - respectivement de 2,1% et de 0,7% - des objectifs de vente.

Statistiques enjolivées

L'OCST souligne le contraste entre les pratiques portées à sa connaissance par les collaborateurs de la banque, parfois à la limite de la légalité, et le souci de réputation du numéro deux bancaire helvétique, dont les statistiques sur les licenciements seraient "résolument inférieures à la réalité".

Dans son rapport de responsabilité d'entreprise 2016, Credit Suisse indique un taux de renouvellement volontaire de 10% et involontaire de 5,6%. "Les expériences dans le call center de Chiasso jettent de sérieux doutes sur la crédibilité de cette donnée", estiment les responsables de l'OCST.

De son côté, Credit Suisse souligne que le renouvellement du personnel est particulièrement élevé à Chiasso. "Pour beaucoup de jeunes, ce travail représente un tremplin", qui leur sert à acquérir de l'expérience avant de décrocher d'autres postes. "Le fait qu'il y ait régulièrement des démissions est donc tout à fait normal", conclut la banque. (awp)

 

 


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...