La pression est toujours plus forte pour les salariés suisses

jeudi, 23.11.2017

Le stress et l'épuisement émotionnel représentent pour beaucoup de salariés suisses une réalité quotidienne au travail, tout comme une perte de contrôle de leur temps libre.

Plus fortement et plus fréquemment sous pression, les salariés perdent toujours plus le contrôle de leur temps libre.(keystone)

Plus que jamais, les salariés suisses restent sous pression. Alors que les charges psycho-sociales telles que le stress se renforcent, les travailleurs perdent la maîtrise de leur temps libre. Concilier travail et vie privée devient toujours plus difficile.

Pas moins de 41% des personnes interrogées dans le cadre du "Baromètre Conditions de travail", dévoilé jeudi par Travail.Suisse, se sentent souvent ou très souvent stressées par leur travail. "C'est clairement trop", dénonce l'association.

Le stress et l'épuisement émotionnel représentent pour beaucoup une réalité quotidienne au travail, constate Travail.Suisse.

Entre 2015 et 2017, le pourcentage d'employés ressentant ce type de difficultés est passé de 38 à 47,8%. Et l'association d'attribuer la hausse au fait que les employeurs mettent depuis longtemps à mal la loi sur le travail.

Plus fortement et plus fréquemment sous pression, les salariés perdent toujours plus le contrôle de leur temps libre. De plus, les salaires stagnent et la formation continue est négligée, note encore Travail.Suisse. Presque la moitié des employés sondés ne suit pas ou très peu de formation continue.

Publié chaque année, le "Baromètre Conditions de travail" est le fruit d'un projet de coopération entre la Haute Ecole spécialisée bernoise et Travail.Suisse. Menée auprès de 1400 travailleurs en Suisse, l'enquête présente les domaines dans lesquels la qualité des conditions de travail a changé par rapport aux années précédentes.(awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01



...