Oeufs d'importation retirés de la vente en Suisse

samedi, 05.08.2017

Le scandale des oeufs contaminés connaît ses premières conséquences en Suisse. Les détaillants Migros, Coop et Aldi Suisse retirent par précaution tous les oeufs d'importation de la vente. Les oeufs suisses ne sont, eux, en revanche pas concernés.

A l'origine de l'affaire, des éleveurs néerlandais de volailles ont utilisé un insecticide contre le pou rouge. La molécule est interdite dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire. (Keystone)

Le retrait de la vente d'oeufs d'importation, suite au scandale des oeufs contaminés, est une pure mesure de précaution, a annoncé Aldi Suisse vendredi. Plus tard dans la journée, l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a indiqué que des résidus de fipronil, un insecticide, ont été décelés dans des œufs importés en Suisse en provenance des Pays-Bas.

"Cette découverte a été faite dans le cadre d'autocontrôles réalisés par les importateurs suisses. Les quantités constatées jusqu'à présent ne mettent pas en danger la santé des consommateurs", affirme l'OSAV. On peut partir du principe qu'il n'y aura pas de conséquences sur la santé, dit aussi Aldi.

Sept établissements néerlandais concernés

L'OSAV collabore actuellement avec les autorités cantonales d'exécution et les établissements importateurs pour déterminer dans quelle mesure la Suisse est touchée. "Les cas identifiés pour l'heure concernent des œufs livrés par sept établissements néerlandais. Ces produits ont aussi été commercialisés", précise l'office.

La filiale du commerçant de détail allemand procède pour sa part à des contrôles sur tout l'assortiment d'oeufs pour détecter d'éventuelles traces de l'insecticide fipronil. Seuls des oeufs testés négatifs seront désormais importés par Aldi Suisse.

Les personnes ayant acheté des oeufs chez Aldi Suisse peuvent les rapporter sans présenter de bon de caisse. Le commerçant propose actuellement huit sortes d'oeufs, dont cinq sont de provenance suisse. Les autres viennent d'Europe.

Migros et Coop se ravisent

Dans un premier temps, Migros et Coop ont renoncé à retirer des oeufs de la vente, mais tous deux se sont ravisés en fin de journée. Ainsi Migros, qui achète pour M-Budget des oeufs aux Pays-Bas, a constaté qu'une partie de ses oeufs importés de la gamme "M-Budget" contiennent des traces de l'insecticide incriminé. Les produits concernés sont retirés des rayons.

Il s'agit d'emballages de 15 oeufs dont la date de péremption est le 26 août. Les clients qui en ont acheté peuvent les ramener au magasin et se faire rembourser. Les emballages avec comme date de péremption le 27 août ne sont, eux, pas concernés, précise Migros dans un communiqué. Idem pour les oeufs suisses et d'autres produits du détaillant.

Migros suit par ailleurs les consignes de l'OSAV. L'entreprise demeure en contact avec ses fournisseurs et prendra des mesures au besoin, ajoute-t-elle.

Coop, pour sa part, estime que les oeufs importés de sa gamme "Prix Garantie" ne sont pas concernés. L'entreprise a néanmoins décidé de les retirer de son assortiment à titre préventif, "afin d'exclure tous les risques", a-t-elle annoncé.

Molécule interdite

Aldi a également annoncé qu'il retirera tous les oeufs de la vente en Allemagne. Le groupe allemand avait déjà retiré de ses rayons en début de semaine les oeufs en provenance des élevages concernés aux Pays-Bas.

A l'origine de l'affaire, des éleveurs néerlandais de volailles ont fait appel à Chickfriend. Cette société spécialisée dans l'éradication du pou rouge a utilisé du fipronil, une molécule interdite dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire.

L'enquête a aussi révélé que du produit contaminé avait été livré dans des élevages allemands, selon un circuit encore obscur. Chaque jour les estimations du nombre d'oeufs contaminés dans ce pays augmentent.

En grande quantité, le fipronil est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il est dangereux pour les reins, le foie et la thyroïde, a indiqué jeudi l'organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire, le NVWA.

En Suisse, il est interdit depuis 2014 d'utiliser du fipronil dans l'agriculture. L'OSAV ne dispose d'aucune information suggérant que ce produit est utilisé dans les élevages de poules en Suisse. L'insecticide a été fabriqué pour lutter contre les puces, les poux, les tiques, les cafards et les acariens.

Perte de plusieurs millions d'euros

Outre la Suisse, le scandale s'est étendu vendredi à plusieurs pays européens, qui ont retiré des millions d'oeufs du marché. Des éleveurs sont frappés de plein fouet et les pertes s'élèvent déjà à "plusieurs millions d'euros", selon le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles.

Et le scandale pourrait encore prendre de l'ampleur si d'autres produits transformés s'avèrent contenir des oeufs contaminés. En Allemagne, six salades industrielles faites d'oeufs en morceaux ou de mayonnaise ont été rappelées vendredi soir par leur fabriquant. (awp)


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...