Morgan Stanley: le courtage dope le bénéfice et les ventes

mercredi, 19.10.2016

Le résultat net de Morgan Stanley a bondi de 61,7% à 1,52 milliard de dollars pour un chiffre d'affaires de 8,91 milliards de dollars, en hausse de 14,7%.

Comme ses rivales, Morgan Stanley a été dopée par son rôle d'intermédiaire entre les investisseurs et les marchés financiers. - (Reuters)

La banque d'affaires américaine Morgan Stanley a confirmé mercredi la bonne santé de l'activité de courtage, relancée par la forte volatilité sur les marchés financiers, en annonçant un bond de plus de 60% de son bénéfice net au troisième trimestre.

Le résultat net a bondi de 61,7% à 1,52 milliard de dollars pour un chiffre d'affaires de 8,91 milliards de dollars, en hausse de 14,7%.

Le bénéfice par action ajusté, qui sert de référence en Amérique du nord, est ressorti à 81 cents contre 63 cents attendus en moyenne par les analystes. Ceux-ci anticipaient un chiffre d'affaires de seulement 8,17 milliards de dollars.

Comme ses rivales, Morgan Stanley a été dopée par son rôle d'intermédiaire entre les investisseurs et les marchés financiers.

Les recettes générées par le courtage ont ainsi bondi de 29% à 2,6 milliards de dollars. La palme revient au trading des obligations, taux, devises et matières premières (FICC, revenus fixes) dont les recettes ont quasiment triplé à 1,5 milliard de dollars, dépassant largement les pronostics les plus optimistes des analystes (990 millions de dollars).

Le courtage des produits financiers liés aux actions a généré 1,9 milliard de dollars de revenus contre 1,8 milliard à la même période un an plus tôt. Les analystes attendaient 1,8 milliard de dollars en termes de revenus.

A Wall Street, l'action Morgan Stanley prenait 0,56% à 32,67 dollars vers 11H20 GMT dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.

Analystes et investisseurs plaçaient de grands espoirs en Morgan Stanley, dernière grande banque américaine à publier ses résultats trimestriels, après que ses rivales ont annoncé toutes avoir été dopées par leurs activités de marché.

Le taux de rentabilité des capitaux propres de la firme est ressorti à 8,7% contre 5,6% au troisième trimestre 2015. Il est encore loin de l'objectif de 10% à atteindre d'ici 2019 que s'est fixé le PDG James Gorman.

Autres fausses note: les rémunérations ont augmenté à 4,1 milliards de dollars, contre 3,4 milliards un an plus tôt, alors que la banque a promis de réduire drastiquement ses coûts afin de mieux récompenser ses actionnaires.

Les commissions des banquiers conseillant les entreprises dans les opérations de fusions-acquisitions, d'introductions en Bourse ou de levées de fonds ont diminué de 9,51% à 504 millions de dollars, en raison d'une faible activité. - (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...