La rentabilité annuelle de Bobst a moins reculé qu'attendu

lundi, 02.03.2020

Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) de Bobst s'est étiolé de 6,4% à 81 millions de francs l'an dernier.

L'épidémie de coronavirus affecte déjà les activités en 2020 de Bobst. (Keystone)

Le constructeur de machines d'emballage Bobst a vu en 2019 sa rentabilité écornée par la baisse de la charge de production et la pression accrue sur les marges, mais également par un mix produit peu favorable. Le groupe vaudois a néanmoins limité les dégâts. L'épidémie de coronavirus affecte déjà les activités en 2020.

L'année dernière, le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) s'est étiolé de 6,4% à 81,0 millions de francs, indique Bobst lundi. Les trois divisions ont pâti d'une hausse des coûts liée à l'essor des activités numériques du groupe.

Bobst a néanmoins pu réduire sa charge fiscale et ses coûts financiers, ce qui a permis d'augmenter son bénéfice net de 4,4% à 52,6 millions. Le conseil d'administration propose de verser un dividende inchangé de 1,50 franc par action.

L'Ebit dépasse les prévisions les plus optimistes des analystes, qui ne s'attendaient pas à voir cet indicateur atteindre la barre des 81 millions. Le dividende est conforme aux attentes.

En termes d'entrées de commandes, le dernier trimestre s'est révélé plus favorable que le reste de l'année. Malgré cela, les nouvelles commandes ont reculé de 8% sur un an. La division Sheet-fed, spécialisée dans le carton ondulé et la boîte pliante, a accusé un recul de 7%, Web-fed (impression) a plongé de 22%. La stabilité a prévalu pour l'unité spécialisée dans les services et la vente de pièces détachées.

Au terme de l'exercice, le carnet d'ordres présentait un niveau inférieur en rythme annuel.
Fin janvier, le groupe basé à Mex avait donné des indications concernant son chiffre d'affaires, attendu stable à 1,63 milliard de francs. Les recettes ont finalement atteint 1,64 milliard (+0,1%). Apuré des effets de change, les ventes organiques ont progressé de 2%, affirme Bobst.

Solide deuxième semestre

Les recettes ont bondi à 899 millions de francs en deuxième partie d'année, à comparer aux 737 millions de janvier à juin. Le groupe vaudois revendique le meilleur second semestre depuis le record atteint à la même période en 2007.

Les revenus annuels de Sheet-fed ont grappillé 0,7% à 810 millions, ceux de web-fed ont reculé de 1,6% à 338 millions, tandis que Services a inscrit un chiffre d'affaires stable (+0,4%) à 488 millions.

Deuxième débouché pour Bobst, la région Amériques a tiré la performance avec une hausse des ventes de 10,4% (518,8 millions). L'Europe drainé moins de recettes (-2,6%), mais reste la zone la plus importante avec 730,6 millions. L'Asie/Océanie a piqué du nez (-9,1%) à 328,6 millions.

A fin décembre, le flux de liquidités opérationnelles affichait un montant de 55 millions, à comparer aux -46 millions douze mois auparavant.

Pour 2020, la direction confirme ses prévisions annuelles, soit une baisse de 6% des revenus et une contraction non chiffrée du résultat Ebit. Le groupe avait d'ores et déjà annoncé un exercice difficile.

L'épidémie de coronavirus affecte "dans une certaine mesure" les activités de Bobst. Son incidence réelle dépendra de la situation et de sa durée, précise le communiqué. En cas de ralentissement conjoncturel notable, la société va réduire ses activités à court terme et revoir sa stratégie. (awp)






 
 

AGEFI



...