Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

Le régulateur britannique veut infliger une amende à Facebook

mercredi, 11.07.2018

Le régulateur britannique accuse Facebook d'avoir enfreint la loi en omettant de protéger les données personnelles de ses utilisateurs.

Le réseau social de Mark Zuckerberg est empêtré depuis plusieurs mois dans le scandale Cambridge Analytica. (keystone)

Le régulateur britannique de la protection des données a annoncé mercredi son intention d'infliger une amende de 500'000 livres à Facebook. Cette amende fait suite à l'affaire Cambridge Analytica et à l'utilisation à leur insu de données de millions d'utilisateurs.

Le régulateur britannique (ICO) avait ouvert une enquête dans la foulée de cette affaire qui concerne quelque 87 millions d'utilisateurs du réseau social américain, afin de faire la lumière sur d'éventuelles interférences avec le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE de juin 2016.

Facebook est empêtré depuis plusieurs mois dans le scandale Cambridge Analytica (CA). Cette société britannique est accusée d'avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles d'utilisateurs à des fins politiques, notamment pour faire gagner le Brexit en Grande-Bretagne et Donald Trump à la présidentielle américaine en 2016.

Le groupe a lui-même reconnu avoir su dès 2015 que des données personnelles étaient arrivées jusqu'à CA.

Facebook a enfreint la loi

Dans un communiqué publié mercredi, l'ICO indique que son enquête "a conclu que Facebook avait enfreint la loi en omettant de protéger les données personnelles. Elle a également constaté que l'entreprise n'a pas fait preuve de transparence quant à la façon dont les données des personnes ont été recueillies par d'autres".

Le régulateur annonce en conséquence "son intention d'infliger une amende" de 500'000 livres (660'000 francs) à Facebook pour violation de la loi britannique sur la protection des données. Facebook a indiqué que le groupe "examinait" les conclusions de l'ICO et qu'il y répondrait "bientôt".

A la suite des révélations sur cette affaire, le patron de Facebook Mark Zuckerberg avait dû longuement s'expliquer devant des parlementaires américains puis européens très remontés contre le réseau social, accusé de laxisme et d'opacité dans sa gestion des montagnes de données personnelles qu'il détient et qui alimentent son modèle économique. (ats)






 
 

AGEFI


 

 



...