Bourse de Zurich: le rebond était de courte durée

vendredi, 15.05.2020

Le rebond du marché s'estompe quelque peu à l'approche de la mi-journée.

L'auditorium du SIX ConventionPoint, le centre de réunion et de congrès de la Bourse suisse SIX à Zurich. (Keystone / Christian Beutler)

La Bourse suisse parvenait vendredi à l'approche de la mi-journée à confirmer le rebond affiché en début de séance, dans le sillage de la clôture en hausse de Wall Street la veille. Toutefois, les gains s'estompaient quelque peu, les inquiétudes quant à l'évolution de la conjoncture sonnant le rappel à une dure réalité.

L'Allemagne a ainsi annoncé un recul de 2,2% du produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, en raison du coronavirus. Le pays se prépare à désormais une récession historique, selon l'institut Destatis. Son homologue néerlandais, l'Office central des statistiques (CBS), a pour sa part annoncé dans une première estimation une chute du PIB de 1,7%.

En Suisse, le Centre de recherches conjoncturelles KOF anticipe désormais une forte contraction de la croissance économique suisse de 5,5% cette année. Le PIB devrait cependant rebondir de 5,4% en 2021.

Vers 10h35, l'indice SMI s'établissait à 9514,76 points, en progrès de 0,71%, non sans avoir affiché un bond de 1,3% dans les premiers échanges et un plus haut de la matinée à près de 9575 points. Le SLI s'appréciait de 0,6% à 1375,86 points, alors que l'indicateur élargi SPI en faisait de même à 11'862,55 points, en hausse de 0,85%. Sur les 30 valeurs vedettes, cinq subissaient un repli. Lafargeholcim présentait les pertes les plus fortes (-3,7% ou 1,40 franc, toutefois traité hors dividende de 2 francs).

Après un début de séance dans le vert, Richemont chutait de 1,9%. Le groupe de luxe genevois a enregistré un fort repli du bénéfice net pour son exercice décalé 2019/2020, notamment en raison d'un effet unique. Le propriétaire de Cartier et IWC a fortement subi l'impact du coronavirus au 4e trimestre.Dans la foulée, le concurrent biennois et numéro un mondial de l'horlogerie Swatch Group abandonnait 0,2%, accompagné par Givaudan (-0,4%).

Egalement traité hors dividende de 25,50 francs, l'action Partners Group se repliait d'à peine 0,1%, soit 60 centimes. Alors que Swisscom restait à l'équilibre, les 24 autres titres composant le SLI s'appréciaient.

Du côté des trois poids lourds, Novartis (+1,4%) s'établissait dans le haut du tableau. Roche (+1,2%) faisait lui aussi mieux que l'indicateur phare de la Bourse suisse. Le groupe pharmaceutique bâlois a annoncé avoir obtenu le marquage de conformité CE pour son nouveau test numérique de gazométrie artérielle, une méthode décrite comme moins invasive et douloureuse que les méthodes classiques. Le bon Roche bénéficiait aussi d'un commentaire bienveillant de Barclays. Nestlé progressait de son côté de 0,7%.

Dans le camp de gagnants, la toujours volatile AMS (+3,4%) menait le bal, devant Temenos (+2,3%) et ABB (+2,2%). Suivaient Novartis, Kühne+Nagel (+1,4%), Adecco (+1,3%) et Clariant (+1,3%), alors que le concurrent belge du chimiste de spécialités bâlois, Solvay a annoncé la fermeture de deux sites aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

A la peine la veille, les financières se reprenaient, Julius Bär (+2%), Zurich Insurance (+1,3%) et Credit Suisse (+1,1%) rebondissaient. UBS parvenait tout juste à se maintenir dans le vert (+0,1%).

Sur le marché élargi, LM Group (-0,6%) effaçait une bonne partie de la perte subie en début de séance. Contaminé par le nouveau coronavirus et les mesures visant à en ralentir la progression, l'ex-Lastminute Group a bouclé les trois premiers mois de 2020 sur une perte nette de 6,7 millions d'euros, contre un bénéfice net de 6,3 millions un an plus tôt.

Parmi, les plus gros perdants de la matinée figuraient Highlight (-11,1%), Lumx Group (-5,6%), Airesis (-5,3%) et Valiant (-5,1%). A l'autre extrémité du classement, Medartis s'envolait de 9,1%, devant Schmolz+Bickenbach (+7,2%) et Zehnder (+7,1%). (AWP)






 
 

AGEFI



...