Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

Manifestations contre un forage pétrolier au Portugal

dimanche, 08.07.2018

Le projet de forage pétrolier à 46 km au large d'Aljezur dans le sud-ouest du pays focalise les protestations des mouvements écologiques au Portugal.

Le forage pétrolier serait situé à 46 km au large d'Aljezur, une commune située au cœur du parc naturel qui s'étend au long du littoral sud-ouest du Portugal.

Opposés au forage pétrolier au large des côtes portugaises, les défenseurs de l'environnement s'en remettent à la justice tout en faisant pression sur un gouvernement qui veut jouer les bons élèves en matière de transition énergétique.

Sous le slogan "stopper le forage", des dizaines de manifestants aux joues barrées d'une croix noire se sont rassemblés samedi sur une trentaine de plages du nord au sud du Portugal sous les mots d'ordre: "stopper le forage" ou "le pétrole n'est pas la vague à prendre".

"Pourquoi chercher du pétrole? C'est une énergie du passé!", s'insurge Margarida Mendes, une des organisatrices du mouvement.

Les militants qui se sont mobilisés contre le projet de forage pétrolier à 46 km au large d'Aljezur, une commune située au coeur du parc naturel qui s'étend au long du littoral sud-ouest du Portugal, ont remporté la semaine dernière une importante victoire contre le consortium formé par le groupe pétrolier italien ENI et son partenaire portugais Galp.

Saisi par la Plateforme pour un Algarve libre de pétrole (PALP), qui regroupe une vingtaine d'ONG de défense de l'environnement, le tribunal de Loulé (sud) a décidé en référé de suspendre les travaux de préparation du forage, censé avoir lieu entre le 15 septembre 2018 et le 15 janvier 2019.

'Perte de crédibilité'

Mais la plateforme redoute que le gouvernement socialiste accorde un nouveau délai à un projet successivement reporté depuis 2007.

Les ONG reprochent notamment à l'exécutif socialiste d'avoir cautionné la décision de l'Agence pour l'environnement de se passer d'une étude évaluant l'impact du forage sur l'environnement.

"Alors que le ministère de l'Environnement déroule le tapis rouge au secteur pétrolier, les tribunaux pourraient retarder ou même empêcher le forage", résume Francisco Ferreira, président de l'ONG Zero.

D'après ce vétéran de la défense de l'environnement, le Portugal "perd de sa crédibilité" alors même qu'il figure "parmi les pays les plus ambitieux d'Europe en matière de lutte contre le changement climatique".

Après des années d'investissement dans les énergies renouvelables, le Portugal surgit au 7e rang des Etats membres de l'Union européenne dont la part d'énergies propres dans la consommation totale d'énergie est la plus importante, à près de 25%.

Ce ratio monte à plus de 50% si l'on considère uniquement l'énergie électrique consommée par le pays. Et, à la faveur d'un printemps particulièrement pluvieux, au cours du mois de mars la production d'énergies renouvelables a dépassé la consommation d'électricité de ses quelque 10 millions d'habitants.

Dans ce contexte, l'autorisation du forage pétrolier représente un "désastre de marketing sur le plan international", regrette Francisco Ferreira. "Et, sur le plan interne, le mouvement de contestation reste assez fort car il y va de protéger une des régions côtières les plus préservées du pays", poursuit-il.

Moratoire sur les nouveaux projets

Les municipalités de la région s'opposent également à l'exploitation d'hydrocarbures car elle risquerait de plomber une filière touristique vitale pour l'économie locale.

De son côté, le gouvernement fait valoir que le fond marin en cause n'est pas particulièrement sensible et que le risque d'accident est extrêmement réduit, mais il a tout de même décidé en mai dernier d'un moratoire sur tout nouveau projet de forage et réaffirmé l'objectif d'une neutralité carbone à l'horizon 2050.

"Pour l'instant, nous n'en sommes qu'au stade où l'intéressé cherche à savoir s'il y a ou non du pétrole. S'il y en a, alors il faudra faire une étude d'impact environnemental préalable", s'est défendu le ministre de l'Environnement, Joao Pedro Matos Fernandes, lors d'une audition au Parlement le 27 juin dernier.

"Le taux de succès d'un nouveau forage est de 15%", a indiqué le directeur du département d'exploration et production de Galp, Thore Kristiansen, en précisant dans un entretien au Jornal de Negocios qu'il était "très très sûr" de creuser ce type de puits de forage, qui coûte environ 100 millions de dollars (85 millions d'euros). (awp)






 
 

AGEFI


 

 



...