Chute historique pour l'économie helvétique au 2e trimestre

jeudi, 27.08.2020

Le produit intérieur brut de la Suisse a connu au deuxième trimestre un plongeon historique de 8,2%, relève jeudi le Seco. L'industrie pharma est une des seules à avoir tiré son épingle du jeu.

Le secteur des services a été très sinistré, l'hôtellerie restauration affichant une chute de 54,2%. (Keystone)

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a accusé au deuxième trimestre une chute historique de 8,2%, plongeant ainsi l'économie helvétique en récession avec une seconde contraction en autant de partiels. Le recul sur les trois premiers mois de l'année a été, lui, réévalué à 2,5%, contre 2,6% dans un premier temps, selon le relevé du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) jeudi.

Le Seco calcule que la baisse cumulée sur les deux premiers partiels atteint 10,5% par rapport aux trois derniers mois de 2019, soit avant les premiers symptômes de la pandémie de coronavirus.

La progression des revenus dans le secteur pharmaceutique entre avril et fin juin a atténué une érosion du secteur manufacturier dans son ensemble de 9,0%.

Les auteurs du rapport notent qu'en comparaison internationale, la contraction demeure relativement contenue. Elle s'inscrit d'ailleurs dans le cadre des attentes des économistes consultés par AWP, articulées dans une fourchette de -6,3% à -10,1%.

Débandade généralisée

Reste que si l'industrie pharmaceutique est parvenue à tirer son épingle du jeu, d'autres segments industriels ont subi de plein fouet les effets de la crise sanitaire et des mesures imposées pour en endiguer sa propagation, à l'image des machines et des métaux, des instruments de précision ou encore de l'horlogerie. Les exportations de marchandises ont connu un ralentissement de plus de 9%.

Le secteur des services a été encore plus sinistré, l'hôtellerie restauration affichant une chute de 54,2%. La subdivision transport et communication (-21,7%) n'a pas été épargnée et le secteur de la santé a perdu 8,6%. Les exportations de services ont fondu de près de 16%.

La demande intérieure a été marquée par des fermetures temporaires de commerces et restaurants, les dépenses de consommation privée s'étant affaissées de 8,6%. La consommation publique n'a offert qu'un soutien tout relatif, avec une anémique progression de 0,2%.

Le pire semble passé

L'adoption des mesures de confinement a infligé un coup d'arrêt brutal à l'activité économique et rendu glissant l'escalier vers la cave pour l'écrasante majorité des composantes du PIB, rappelle VP Bank.

Le bon côté de cette déroute historique est qu'elle appartient désormais à l'Histoire, philosophe l'établissement liechtensteinois, qui se demande toutefois si un retour à l'ancienne normalité surviendra un jour, la pandémie ayant agi comme un accélérateur des mutations déjà à l'oeuvre dans de nombreux pans de l'économie. Le formidable essor du commerce en ligne laisse ainsi planer un doute sur un rétablissement de la fréquentation en magasins.

Les partenaires économiques de la Suisse souffrent eux aussi encore des conséquences de la crise sanitaire et l'Europe pâtit toujours des déboires du marché automobile. L'industrie d'exportation risque subséquemment de ne se remettre que progressivement sur pieds.

Des contractions dans l'industrie ont déjà été recensées au cours de précédentes périodes de récession, relève Raiffeisen. L'affaissement de la consommation privée constitue un facteur inédit. A l'exception d'un modeste repli de 0,4% en 1993, jamais cette composante n'avait accusé de recul annuel, pas même pendant la crise financière, poursuit la coopérative bancaire, qui attribue le phénomène notamment à l'introduction massive du chômage partiel qui a péjoré le pouvoir d'achat de nombreux ménages.

Reprise imminente, mais échelonnée

La tendance à une rapide reprise observée depuis la levée des mesures les plus drastiques laisse augurer un rétablissement inédit dès le trimestre en cours, anticipe par contre le groupe saint-gallois.

Rebondissant sur le pointage périodique du Seco, le Centre d'études conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) retravaille ses propres projections pour l'année en cours comme la suivante. L'économie helvétique devrait ainsi accuser une décroissance de 4,7% en 2020, contre 4,9% précédemment. L'arrivée d'une seconde vague pandémique risque toutefois de faire plonger le PIB en 2020 de jusqu'à 6%.

Si la contraction à court terme dans le scénario de base a été édulcorée, il en va de même pour le rétablissement attendu l'an prochain, modéré à 3,7% contre 4,1%.

Le trimestre en cours devrait certes marquer une amorce de retour à la croissance, mais l'économie risque de ne pas retrouver son niveau de 2019 avant 2022.(AWP)






 
 

AGEFI



...