Le patron de Stadler indécis sur une entrée en Bourse

mercredi, 12.09.2018

Le président de Stadler, Peter Spuhler, n'est pas sûr de concrétiser son entrée en Bourse.

Peter Spuhler avait lancé l'idée d'une cotation début 2017. (keystone)

Le propriétaire du constructeur ferroviaire Stadler, Peter Spuhler, n'a pas pris de décision sur une éventuelle entrée en Bourse de la société thurgovienne. Après avoir lancé l'idée d'une cotation début 2017, le président a indiqué ne pas être sûr de concrétiser l'opération.

"L'idée n'est pas d'entrer demain en Bourse. Je suis incapable de vous dire aujourd'hui si une introduction en Bourse aura lieu en 2019 ou s'il y aura une introduction en Bourse", a dit M. Spuhler au journal Handelszeitung à paraître jeudi.

Peter Spuhler, qui détient 80% de Stadler, a ajouté que la question restait ouverte. "Il n'existe pas de plan prédéfini. Mais nous avons effectué un audit pour voir si nous serions prêts pour une cotation", a-t-il insisté.

D'autres options existent cependant comme une fusion avec "un partenaire stratégique" ou rester indépendant. Si l'entreprise devait toutefois franchir le pas et faire coter ses titres, elle se déciderait pour une action unique. M. Spuhler ramènerait quant à lui sa participation sous 50%, a-t-il assuré.

Retards de livraison de Giruno à cause de Siemens 

Stadler Rail a annoncé mercredi qu'en raison d'un retard dans la livraison de dispositifs automatiques de trains (ETCS) du groupe industriel allemand Siemens, le délai de mise en service de plusieurs rames de type Giruno qui devaient en être équipées ne pourra pas être respecté.

Le Giruno doit être homologué, outre en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Italie afin d'assurer des opérations transfrontalières, a expliqué le groupe de Bussnang dans un communiqué. Des contre-mesures ont permis de garantir - pour le moment - que le retard de livraison n'aura aucune incidence sur la mise en service des trains en Suisse et en Italie, prévue pour fin 2019.

En revanche, le retard de livraison de Siemens va se répercuter sur le calendrier d'homologation du Giruno pour l'exploitation transfrontalière avec l'Allemagne et l'Autriche. "Grâce à la bonne collaboration entre Siemens, les CFF et Stadler, les retards de livraison ont pu être ramenés à sept mois pour l'Italie et à 14 mois pour l'Allemagne et l'Autriche", a assuré l'industriel thurgovien. (awp)






 
 

AGEFI



...