Trump propose de voir Kim à la frontière nord-coréenne

samedi, 29.06.2019

Le président américain a créé la surprise en proposant de rencontrer le leader nord-coréen Kim Jong-un dans la zone démilitarisée (DMZ), qui sépare la Corée du Nord du Sud.

"Après des rencontres importantes, en particulier avec le président chinois Xi, je quitterai le Japon pour la Corée du Sud", a écrit sur Twitter le président américain. (Keystone)

Le président américain Donald Trump a évoqué samedi une possible rencontre dimanche avec le leader nord-coréen Kim Jong-un dans la zone démilitarisée (DMZ), qui sépare la Corée du Nord du Sud. Pyongyang a qualifié la proposition surprise de "très intéressante".

"Après des rencontres importantes, en particulier avec le président chinois Xi, je quitterai le Japon pour la Corée du Sud", a écrit sur Twitter le président américain. "Pendant que je serai là-bas, et si le président Kim voit ce message, je pourrais le rencontrer à la frontière/DMZ juste pour lui serrer la main et dire bonjour!", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons pas reçu de proposition officielle en ce sens", a répondu un peu plus tard le vice-ministre des affaires étrangères Choe Son-hui, cité par l'agence de presse officielle KCNA. La tenue d'un sommet dans la zone démilitarisée "servirait de nouvelle occasion porteuse de sens pour approfondir les relations entre les deux dirigeants", a-t-il ajouté.

Si la réunion devait se tenir, elle serait sans précédent par son caractère apparemment improvisé et son lieu, où se font face les militaires de deux pays, qui n'ont jamais signé de traité de paix.

"J'y ai juste pensé ce matin"

Interrogé, peu après son tweet, sur une possible rencontre avec celui qu'il appelle "Chairman Kim", M. Trump a assuré avoir agi à l'instinct et qu'aucune préparation n'avait été faite. "J'y ai juste pensé ce matin", a-t-il affirmé, évoquant une hypothèse qui fait l'objet d'intenses spéculations depuis plusieurs semaines à Washington.

Séoul a de son côté indiqué que rien n'était confirmé à ce stade. "Notre position reste la même, c'est-à-dire espérer un dialogue entre les Etats-Unis et la Corée du Nord", a écrit la présidence sud-coréenne.

"Je ne sais pas où il est en ce moment, peut-être qu'il n'est pas en Corée du Nord", a ajouté Donald Trump à propos du dirigeant du pays reclus qui ne sort que très rarement de son pays.

"Nous verrons, s'il est là, nous nous verrons pour deux minutes", a ajouté le milliardaire américain qui met inlassablement en avant sa bonne entente avec le dirigeant nord-coréen qui lui a envoyé, a-t-il raconté, "une magnifique carte d'anniversaire".

Deux sommets

Les deux hommes se sont rencontrés à deux reprises: en juin 2018 à Singapour, puis en février à Hanoï, où leur sommet s'était achevé sur une impasse, Américains et Nord-Coréens restant bloqués sur la question de la dénucléarisation coréenne.

Depuis cet échec, la Corée du Nord a indiqué qu'elle examinait ses options diplomatiques avec les Etats-Unis. Kim Jong-un s'est dit ouvert à un troisième sommet avec M. Trump, si Washington arrivait à la table des négociations avec "la bonne attitude". Les négociations sont au point mort depuis la réunion à Hanoï, il y a quatre mois.

En novembre 2017, à l'occasion d'une visite à Séoul, M. Trump avait tenté de se rendre sur la DMZ, mais été contraint de faire demi-tour en raison d'un épais brouillard.

Située à quelques dizaines de kilomètres au nord de Séoul, cette bande de terre de 4 km de large et de 248 km de long est parsemée de barrières électrifiées, de champs de mines et de murs antichars. (awp)

Lire également:






 
 

AGEFI



...