Volkswagen: bénéfice net 2018 en hausse, mais la rentabilité recule

mardi, 12.03.2019

Le premier constructeur automobile mondial, l'allemand Volkswagen, a publié mardi un bénéfice annuel en hausse malgré le coût toujours élevé du "dieselgate" et le douloureux passage aux normes WLTP, qui pèsent sur la rentabilité.

"Nous réalisons une bonne performance malgré de forts vents contraires", commente Herbert Diess, patron de Volkswagen.(Keystone)

Amputé comme l'an passé de 3,2 milliards d'euros (3,64 milliards de francs) de charges liées au scandale des moteurs diesel truqués, le résultat net de Volkswagen ressort à 12,15 milliards d'euros (+6,0%), soutenu par une augmentation du chiffre d'affaires (+2,7% à 235,8 milliards euros).
Il est également supérieur aux attentes des analystes sondés par Factset, qui tablaient sur 11,9 milliards.

"Nous réalisons une bonne performance malgré de forts vents contraires", commente Herbert Diess, patron du groupe, cité dans un communiqué de presse.

L'an passé, l'entrée en vigueur en septembre des nouvelles normes anti-pollution WLTP a semé la pagaille dans les chaînes de production, entraînant d'importants retards de livraison.

Un effet particulièrement visible au quatrième trimestre, où le résultat opérationnel a reculé de 4%, à 3,0 milliards d'euros. Au total, le passage aux normes WLTP a coûté près d'un milliard d'euros.

Mais les colossaux investissements pour la voiture électrique et autonome du futur -- 44 milliards d'euros d'ici 2023 -- pèsent également sur le résultat.

Dans le détail, le résultat opérationnel de la marque phare VW recule légèrement, de 3,3 à 3,2 milliards d'euros en dépit d'une hausse de 6,8% du chiffre d'affaires, faisant reculer la marge à 3,8%, sous l'objectif de 4% minimum.

La marque a annoncé en décembre un nouveau programme de 3 milliards d'euros d'économies supplémentaires pour restaurer ses marges.

Chez sa marque haut de gamme Audi, le résultat opérationnel baisse également sous le poids des nouvelles normes, de 5,1 milliards à 4,7 milliards, faisant ressortir une rentabilité de 7,9% contre 8,5% en 2017.

Chez les voitures de luxe Porsche, malgré une hausse du bénéfice opérationnel (+2,7% à 4,1 milliards d'euros), la marge recule de 1,1 point, à 17,4%.

Confronté aux limites européennes strictes d'émissions de CO2 à partir de 2020, le groupe compte introduire 70 modèles électriques d'ici 2028, contre 50 annoncés précédemment. Volkswagen s'attend par conséquent à 22 millions de voitures électriques vendues, contre 15 millions sur dix ans.

"La part de voitures électriques devrait grimper à au moins 40% d'ici 2030", précise le groupe, qui s'est allié avec LG, SKI, CATL et Samsung dans le domaine stratégique de la fabrication des cellules de batteries.

"Volkswagen explore également de près la possibilité de prendre une participation dans des usines européennes de fabrication des cellules", indique le constructeur.(awp)






 
 

AGEFI



...