16 mai: Journée Internationale de la Lumière

jeudi, 16.05.2019

Le potentiel des diodes électroluminescentes organiques pourrait surprendre tout en contribuant à la durabilité de toutes les économies.

Pascal Dudle, Matthias Fawer*

Le laser a vu le jour le 16 mai 1960, une date qui depuis quelques années a été ajoutée à la liste des journées spéciales de l'UNESCO. Cette journée internationale de la lumière nous rappelle l’importance de cette dernière, non seulement dans le monde de la science et des affaires, mais aussi au niveau du quotidien (il n’y aurait pas d'éducation possible dans les pays en développement sans une lampe sur les bureaux des élèves). Il est intéressant de noter que l'UNESCO mentionne également le côté obscur de la lumière, à savoir le problème de la pollution lumineuse dans les pays développés.

Outre le laser, les années 60 ont également vu se développer les diodes électroluminescentes (DEL), à l'époque de simples voyants lumineux. Depuis, cette technologie, basée sur les cristaux industriels, a beaucoup évolué, les ampoules LED se substituant progressivement aux ampoules traditionnelles. La toute dernière technologie des OLED (diodes électroluminescentes organiques), qui, contrairement aux LED, utilise des matériaux à base de carbone organique, n’a pas encore atteint ce stade de développement.

Bien que les OLED soient de plus en plus utilisés dans les téléphones intelligents haut de gamme et les autres appareils mobiles, ainsi que pour la télévision et dans l'industrie automobile, ils restent un produit de niche, car ils sont encore trop onéreux. Pour avoir une vision claire de leur potentiel, considérons les inconvénients des LED : ces derniers offrent des sources ponctuelles d’une lumière concentrée et brillante, mais qui n'est pas adaptée à l'éclairage de grandes surfaces. De plus, les ampoules LED peuvent devenir chaudes, ce qui nécessite un refroidissement (précisons que la chaleur qu'elles émettent reste bien inférieure à celle de nos anciennes ampoules à incandescence).

Les OLED, au contraire, émettent une lumière diffuse, qui n’éblouit pas et qui est donc adaptée à l’éclairage de grandes surfaces. De plus, leur émission de chaleur est bien inférieure à celle des LED. Les panneaux constitués de ces diodes sont extrêmement minces, au point d'être transparents, et les matériaux dont ils sont constitués permettent de les plier. En outre, ils peuvent émettre une lumière réglable, visuellement "chaude" et qui peut prendre de différentes teintes. Ces qualités spécifiques leur ouvrent de nombreuses possibilités tant en termes de fonctionnalité (écrans électroniques, éclairage intérieur et extérieur, applications médicales) que de design.

Le marché mondial de l’éclairage par les OLED pourrait atteindre un montant de 2,5 milliards de dollars en 2027, soit plus de dix fois son niveau actuel, telle est du moins l’estimation de la société d'étude de marché britannique IDTEchEX. Et selon une autre étude réalisée par Pioneer, le coût supplémentaire que

représentent les OLED par rapport aux LED implique que, dans l'industrie automobile par exemple, les diodes organiques ne seront probablement utilisées que dans les modèles haut de gamme ces prochaines années. Pioneer anticipe par ailleurs un quasi doublement du marché mondial de l'éclairage automobile OLED chaque année.

En tant que gérants axés sur l’impact, nous nous efforçons de nous aligner sur les Objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU et, notamment, la production d'une énergie abordable et efficace et, par extension, la lumière. L’éclairage est un problème universel, son manque entrave l'éducation et réduit la productivité dans les pays émergents, sa surutilisation conduit à un gaspillage d'énergie dans les marchés développés.

Un certain nombre d’entreprises actives dans les secteurs des LED ou des OLED devraient bénéficier de l'évolution vers des systèmes d'éclairage plus sophistiqués et moins gourmands en énergie. Universal Display Corporation, un fournisseur américain de produits et de services OLED, détenteur de nombreux brevets idoines, en est un exemple. Deux entreprises sud-coréennes, LG Display et Samsung Display, sont également des acteurs importants du secteur. La première est connue pour sa télévision OLED-TV haut de gamme, tandis que la seconde est surtout active dans le domaine des écrans pour téléphones intelligents (écrans d’une clarté cristalline et bientôt pliables). LG propose également la gamme la plus étendue de panneaux d'éclairage, y compris des panneaux flexibles. Globalement, les perspectives des OLED paraissent prometteuses et une fois résolus leurs problèmes actuels, leur potentiel pourrait étonner et venir très largement « illuminer » notre quotidien.

*Pascal Dudle, Head of Global Trend Investing et Matthias Fawer, Senior ESG & Impact Analyst, Vontobel Asset Management.






 
 

AGEFI



...