Epic Suisse voit son IPO comme un tremplin vers de nouvelles acquisitions

vendredi, 18.09.2020

Le patron du groupe immobilier Epic Suisse Arik Parizer détaille l'utilisation prévue du produit de l'IPO.

Arik Parizer, CEO. Il a rejoint EPIC Suisse début 2008. (Epic Suisse)

Le groupe immobilier zurichois Epic Suisse compte utiliser une partie considérable du produit de son introduction en Bourse (IPO) – prévue «dans les prochains mois» et confirmée mercredi par le président de l’entreprise Roni Greenbaum, dans nos pages – pour procéder à de nouvelles acquisitions, le reste devant servir à s'acquitter d'obligations financières.

Dans un entretien paru vendredi sur le site Allnews, son CEO Arik Parizer a indiqué que sur les 200 millions de francs que devrait rapporter l'opération, 28 millions seront alloués au remboursement d'un prêt bancaire et 5 millions à celui d'un prêt d'actionnaires à hauteur de 5 millions. Une fois ces obligations acquittées, l'objectif de l'entreprise est d'utiliser entre 65 et 75% des fonds levés pour effectuer de nouvelles acquisitions.

«Epic Suisse a atteint aujourd'hui une certaine taille dans ses activités et nous disposons d'un portefeuille équilibré, à la fois sur le plan sectoriel et régional», explique le dirigeant, qui espère pouvoir étendre ses activités «en gardant le même modèle d'affaires mais avec un volume plus élevé».

La société en quête de cotation espère notamment renforcer sa présence dans les surfaces commerciales du secteur alimentaire, «moins concurrencé par le commerce en ligne», assure Arik Parizer. «Plus généralement, le secteur de l'alimentation apporte de la stabilité en termes de base de clientèle» poursuit-il, soulignant l'engagement des locataires pour une longue durée.

«Cela se reflète aussi d'après le critère de la durée moyenne pondérée des baux non expirés, qui dépasse les huit ans pour tout le portefeuille - plus particulièrement 10,9 ans s'agissant du commerce de détail». Un autre segment important pour l'entreprise, celui des surfaces logistiques, devrait par ailleurs profiter de l'essor du commerce en ligne. (AWP)

Lire aussi: Roni Greenbaum: «La croissance réside désormais dans l’industrie, les laboratoires et la logistique»






 
 

AGEFI



...