Pierre Maudet a le droit à une rente annuelle à vie de 89.000 francs

jeudi, 27.06.2019

Le ministre genevois Pierre Maudet aura le droit à une rente à vie au moment de quitter le gouvernement. L'intéressé dit ne pas prétendre à cette rente pour moment, n'envisageant pas de démissionner.

"Je reste, car j'ai reçu un mandat de la population genevoise", a précisé Pierre Maudet.(Keystone)

Dès fin juin, le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet aura droit à une rente à vie au moment de quitter le gouvernement. Mis en prévention pour acceptation d'un avantage, l'élu PLR ne compte cependant pas démissionner pour toucher cette retraite.

Pour l'instant, il ne prétend pas à cette rente. "Je n'y prétends d'autant moins, que je n'envisage pas de démissionner", a indiqué le conseiller d'Etat interrogé jeudi sur les ondes de la RTS.

La question d'un renoncement à cette rente en raison de sa situation particulière ne se pose pas, selon M.Maudet. "Je ne suis pas un cas particulier et j'envisage mon avenir à court terme au Conseil d'Etat", a-t-il ajouté.

Egalement questionné sur le sujet par Radio Lac, le conseiller d'Etat a précisé qu'il ne considère pas cette échéance comme une date fatidique. Il garde le cap sur l'horizon 2023, année où il terminera son mandat. "Je reste, car j'ai reçu un mandat de la population genevoise", a-t-il ajouté.

A Genève, la loi prévoit une rente à vie pour les conseillers d'Etat qui entament leur huitième année à l'exécutif. En cas de départ du gouvernement, Pierre Maudet pourrait ainsi prétendre à une rente annuelle à vie de près de 89'000 francs ou à 7400 par mois. Une situation choquante, concède M.Maudet.

Système inadapté

Mais il rappelle immédiatement que "le Conseil d'Etat genevois a en 2013 et 2017 proposé, à l'instar d'autres cantons, de revoir ce système basé sur une époque où on quittait le Conseil d'Etat aux alentours de 60-65 ans. "Ce n'est évidemment plus adapté", a-t-il souligné. Au gouvernement depuis juin 2012, Pierre Maudet est âgé de 41 ans.

Il a également balayé les critiques émises dans la presse au sujet de ses interventions dans les dossiers de ses collègues depuis qu'il a perdu une grande partie de ses prérogatives. "Nous ne sommes pas des administrateurs de départements juxtaposés. Nous sommes un Conseil d'Etat qui doit développer une vision pour Genève, donc il est bon et sain que des collègues me posent des questions sur les activité de mon département, comme je le fais pour eux", a-t-il souligné.

Combatif

Pierre Maudet a été mis en prévention pour acceptation d'un avantage en lien avec son voyage à Abu Dhabi en novembre 2015. La procédure judiciaire est toujours en cours. Présenté comme l'homme fort du gouvernement au début de la législature en juin 2018,
Pierre Maudet n'a plus que la responsabilité du département de la promotion économique.

Les instances dirigeantes du PLR genevois et du PLR Suisse ont demandé sa démission. Mais Pierre Maudet s'appuie sur le vote de confiance de la base du PLR genevois de janvier dernier pour rester en poste. "Je suis toujours aussi combatif", a souligné M.Maudet sur les ondes de Radio Lac. Il a par ailleurs critiqué l'instrumentalisation de sa situation en période préélectorale.(awp)






 
 

AGEFI



...