La Covid-19 a freiné les déménagements

jeudi, 17.09.2020

Le marché des déménagements s'est effondré pendant la crise sanitaire. Une étude de homegate.ch montre qu’en avril, ils ont reculé de 6% dans toute la Suisse, et jusqu’à 15 à 30% en Suisse romande et au Tessin.

En 2019, près de 425.000 ménages ont changé d'adresse en Suisse, soit environ un foyer sur onze. Des chiffres similaires à ceux des trois années précédentes. La situation de ce printemps est exceptionnelle. (Keystone)

A cause du Covid-19 et des mesures sanitaires, les Suisses ont moins déménagé ce printemps. En avril, durant le semi-confinement, une baisse de 15 à 30% a été observée en Suisse romande et au Tessin, contre 6% pour l'ensemble du pays, indique homegate.ch. Au fil de l'assouplissement des mesures, les déménagements ont repris, note le portail immobilier dans un communiqué diffusé jeudi.

En mai, le recul était de 1% sur l'ensemble du territoire par rapport à 2019. En juin, les changements de domicile ont augmenté de 1% à l'échelle nationale, de 10% au Tessin.

A noter que les déménagements présentent généralement une grande stabilité. La situation printanière était donc exceptionnelle.Le nombre de déménagements à l'étranger a, en outre, été inférieur de 30% en avril et de 20% en juin.

Pour mener son étude, homegate.ch a analysé les demandes de réexpédition reçues par la Poste suisse entre janvier et juin 2020. En 2019, près de 425.000 ménages ont changé d'adresse en Suisse, soit environ un foyer sur onze. Des chiffres similaires à ceux des trois années précédentes.

Les villes dominent la dynamique des déménagements
Homegate.ch calcule le taux de déménagement annuel, soit le nombre de déménagements comparé au parc immobilier. Cet indicateur est considéré comme une mesure de la liquidité du marché immobilier: plus le taux de déménagement est élevé, plus une région du marché est liquide.

Les taux les plus élevés, supérieurs à 10%, sont toujours mesurés dans les villes et les cantons urbains, Zurich et Lausanne arrivant en tête avec respectivement 13,3 et 12,3% en 2019. Les taux de déménagement plus élevés dans les grandes villes s’expliquent non seulement par la plus grande liquidité du marché du travail et des logements locatifs, mais aussi par la proportion nettement plus élevée d’immigrants. A Zurich, cela représente un quart du total, et à Genève et Lausanne, même environ un tiers. (SM/ATS)

>>Lire notre dossier coronavirus






 
 

AGEFI



...