Pilatus a traversé 2019 avec brio mais les intempéries de 2020 font monter son chômage partiel à 20%

vendredi, 15.05.2020

Le leader mondial en matière d’avions turbo-propulsés à un seul moteur a vécu une belle année 2019. L’ombre du coronavirus annonce cependant un exercice 2020 difficile

«Il est rassurant de savoir que les réserves financières mises de côté par le passé permettront de faire face à la crise actuelle pour la préparation à un atterrissage propre et un nouveau décollage vers le futur», décrit Oscar Schwenk, le président de Pilatus. (Keystone)

L'avionneur Pilatus a signé un bel exercice 2019 et décroché un gros contrat de l'armée de l'air espagnole début 2020, mais s'est vu néanmoins contraint d'introduire le chômage partiel, qui touche encore près de 20% de ses collaborateurs, vu le coronavirus.

Le chiffre d'affaires de l'avionneur de Suisse centrale a progressé de 7,1% à 1,17 milliard de francs, alors que le résultat opérationnel (Ebit), qui s'est établi à 153 millions, se retrouve pratiquement au même niveau que lors de l'exercice précédent (157 millions). Les entrées de commandes ont augmenté de 11,5% à 1,13 milliards de francs. Au vu de ces résultats, les collaborateurs du constructeur aéronautique se sont vu accorder une prime équivalant à près de 1,5 fois leur salaire mensuel. Avec 2289 employés à temps plein vers fin 2019, le personnel s'est légèrement étoffé.

L'exercice 2020 s'annonce difficile pour la firme qui porte le nom du massif montagneux voisin en raison de la crise de coronavirus. Malgré une commande de plus de 2 milliards de francs de l'armée de l'air espagnole décrochée dans les premiers mois de l'année, Pilatus a dû recourir au chômage partiel. Les chaînes d'approvisionnement restent perturbées, ce qui nécessite une réévaluation continue de la situation. Néanmoins, pour

Oscar Schwenk, le président de Pilatus, «il est rassurant de savoir que les réserves financières mises de côté par le passé permettront de faire face à la crise actuelle pour la préparation à un atterrissage propre et un nouveau décollage vers le futur». (AWP)






 
 

AGEFI



...